chakchouka

La chakchouka au cœur du menu d’un nouveau café à Londres

Un nouveau café de la petite ville de Camden située à Londres a ouvert ses portes au public. Mais avec une particularité qui attirera les amoureux de la cuisine méditerranéenne et orientale : le menu offre des versions originales du plat phare du Moyen-Orient, et de la Tunisie : la chakchouka. Le Café Loren a en effet décidé de se saisir de ce plat à succès mondial, très apprécié pour la simplicité et la fraîcheur de ses ingrédients. Islington Tribune rapporte ainsi dans un article paru le 10 août que les dirigeants de ce café ont « décidé de célébrer la popularité [de la chakchouka] en inaugurant un local à Camden Town ».

« Pour ceux d’entre nous qui n’ont pas encore découvert les plaisirs de ce repas (…) voici une explication rapide : le nom [de ce plat] se traduit par ‘mélange fourre-tout’ », explique le journal londonien local. Un mélange qui « pourrait être apparenté à un heureux accident si l’on est confronté au défi qui consiste à trouver dans un placard des ingrédients simples pour un repas succulent : oignons et tomates, de l’ail et des épices, et bien sûr des œufs », donnant ainsi une sorte de « sauce tomate avec des œufs pochés nageant au-dessus. Facile ! », lit-on sur le site du journal anglais.

La chakchouka, de plus en plus populaire, a d’ailleurs déjà fait son entrée dans plusieurs menus de restaurants londoniens, précise aussi Islington Tribune. « Depuis son introduction au menu de cafés branchés de Londres, l’origine de la chakchouka a été attribuée à la culture culinaire du Proche-Orient. Mais comme beaucoup de plats du Moyen-Orient, ce plat, tout comme les falafels et le houmous, a traversé moult frontières. Il est consommé dans toute la région du monde arabe, du Yémen à la Tunisie, de la Libye au Liban », raconte l’auteur de l’article. « Tout ce dont vous avez besoin, c’est une poêle en fer ! », explique-t-il encore, recommandant d’ajouter « ce que vous voulez à la recette de base : une version verte peut par exemple être obtenue si vous pensez à un ajout d’épinards ». Et d’insister sur « les variations infinies » qu’offre la simplicité de cette recette basique. « Toutes sont délicieuses à condition qu’elles se basent sur le fond incontournable de tomates et d’œufs. »

Au Café Loren, l’auteur de l’article raconte avoir testé la version mexicaine de la chakchouka, dont ce nouveau lieu branché propose plusieurs variantes, de la plus traditionnelle à des déclinaisons bien plus sophistiquées. « On m’a demandé à quel point je voulais que le plat soit épicé, sur une échelle de 1 à 10. Je peux vous dire que le chiffre 6 que j’ai demandé était assez doux, alors soyez courageux ! », conclut-il.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer