cocaïne

Augmentation record de la production de cocaïne en Colombie

La Colombie reste le plus grand producteur de cocaïne dans le monde, avec une augmentation record de ses plantations de feuille de coca (matière première de la cocaïne) et de ses capacités de production de cette drogue, selon l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC).

Les plantations illicites de coca se sont accrues de 17% à 171 000 hectares en 2017 par rapport à l’année précédente, et la capacité de production de cocaïne a augmenté de 31% à 1,379 tonne, soit une valeur marchande estimée à 2,7 milliards de dollars, des chiffres sans précédent depuis 2001, selon l’ONUDC.

En 2016, la superficie totale de coca atteignait 146 000 hectares et la capacité de production de la drogue 1,053 tonne, selon les derniers chiffres de l’ONUDC. Les plantations actuelles produisent 33% plus de feuilles qu’en 2012.

Si elle a salué la hausse de 20% des saisies de cocaïne (435 tonnes en 2017), l’ONUDC souligne que leur rythme est bien « moindre que l’augmentation du potentiel de production ». Elle a également exprimé sa « profonde préoccupation quant au capital issu de l’économie des drogues », qui affecte les efforts de la Colombie pour rétablir un climat de paix dans le pays après plus d’un demi-siècle de guerre, renforce les groupes armés illégaux et menace la stabilité de l’Etat. La Colombie reste ainsi le premier cultivateur de coca et producteur de cocaïne devant le Pérou (43 900 hectares) et la Bolivie (24 500).

Des aspersions de glyphosate dangereuses pour la santé

Les régions frontalières les plus affectées par les narco-plantations sont l’Equateur et du Venezuela. Des gangs de narco-trafiquants et des groupes dissidents de l’ex-guérilla Farc, désarmée et transformée en parti politique depuis l’accord de paix de 2016, se disputent le contrôle de cette zone stratégique pour l’exportation de cocaïne vers les Etats-Unis, plus grand consommateur du monde. Une menace de déstabilisation contre laquelle le gouvernement colombien a assuré vouloir lutter. Contre le trafic de drogue, la Colombie veut ainsi mettre en place une « politique intégrale » dont les détails devraient être communiqués dans les prochaines semaines. L’on sait toutefois que cette politique devrait intégrer des mesures de prévention et l’éradication forcée des narco-plantations. Parmi les mesures que prendra le gouvernement de ce pays d’Amérique latine pourrait également figurer l’utilisation de glyphosate. Le président colombien Ivan Duque envisage la réutilisation de la technique des aspersions aériennes de ce puissant herbicide chimique, technique suspendue depuis 2015 en raison de ses dégâts potentiels sur la santé humaine et l’environnement.

Avec France24

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer