Des principes intangibles et beaucoup de pragmatisme

La diplomatie bilatérale : Des principes intangibles et beaucoup de pragmatisme

Amitié et coopération avec tous

Sur le plan bilatéral, notre pays s’est soucié  aussi d’avoir des rapports d’amitié et coopération avec tous les pays du monde de tous les continents. Certes le choix de Bourguiba s’est porté sur le monde libre, les Etats-Unis en tête mais il ne s’est pas privé d’avoir de bonnes relations partout dans le monde. Avec l’URSS et les pays du camp soviétique il s’attache à profiter de l’aide qu’ils peuvent apporter à la Tunisie indépendante notamment dans le domaine de la formation des cadres, mais aussi des opportunités d’échanges avec eux. La Yougoslavie de Tito est un partenaire privilégié de la Tunisie et elle ne manque pas de lui livrer les armes dont elle a besoin pour défendre son intégrité. La Tunisie adhère au mouvement des pays non alignés lors du Sommet fondateur tenu à Belgrade en septembre 1961. Des pays comme la Turquie, le Pakistan  et l’Iran sont dès l’indépendance des partenaires privilégiés de la Tunisie. Viennent se joindre à eux l’Inde et l’Indonésie du fait des rapports d’amitié qui lient Bourguiba respectivement  à Jawahar Lal  Nehru et à Ahmed Soekarno.

Pour conduire cette diplomatie tous azimuts, la Tunisie a pu compter sur une pléiade de diplomates de talent. Les passer en revue serait fastidieux tant ils sont nombreux. Mais il suffit de rappeler que Bourguiba, a nommé, à une exception près, à la tête du ministère des affaires étrangères des hommes qui ont réussi comme chefs de mission diplomatiques. En voici un rappel  des ministres,des affaires étrangères de Bourguiba de 1957 à 1987, une manière de rendre hommage à travers eux à tous les diplomates qui ont servi leur pays pendant ses soixante dernières années :

Sadok Mokaddem : 29 juillet 1957-29 août 1962

Mongi Slim : 29 août 1962- 12 novembre 1964

Habib Bourguiba Jr : 12 novembre 1964-12 juin 1970

Mohamed Masmoudi : 12 juin 1970-14 janvier 1974

Habib Chatti : 14 janvier 1974-24 décembre 1977

Mohamed Fitouri : 24 décembre 1977- 15 avril 1980 : le  seul à n’avoir pas dirigé une ambassade

Hassan Belkhoja : 15 avril 1980-15 avril 1981

Béji Caïd Essebsi : 15 avril 1981- 15 septembre 1986

Hédi Mabrouk : 15 septembre 1986-7 novembre 1987.

Raouf Ben Rejeb

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer