La France soupçonnée par le Rwanda dans le génocide de 1994

La France soupçonnée par le Rwanda dans le génocide de 1994

0
PARTAGER

Une enquête a été ouverte mardi le 07 février par le parquet rwandais afin de déterminer la responsabilité d’une vingtaine de responsables français dans le génocide rwandais de 1994. Rien n’incrimine encore les personnes sur lesquelles porte l’enquête. Cette dernière déterminera uniquement, pour le moment, la probabilité de les poursuivre en justice ou pas. Cela ne sera néanmoins pas sans influencer les relations diplomatiques entre kigali et Paris.

Le Rwanda accuse par ailleurs depuis des années la France d’avoir participé au génocide suscité en 1994 par la guerre civile ayant opposé les Hutus représentés par le gouvernement rwandais aux Tutsi qui auraient constitué en majorité le Front Patriotique rwandais. L’Hexagone, alors proche du régime, aurait passé sous silence, selon Kigali les signes précurseurs des massacres qui se préparaient. Le Rwanda accuse également la France d’avoir entrainé les milices et les soldats rwandais ayant perpétré le génocide ainsi que d’avoir diplomatiquement œuvrer pour bloquer toute action. Et même quand sous mandat de l’ONU, l’Opération Turquoise a été déployée par la France le 22 juin 1994 au Rwanda afin de mettre fin au massacre, cela aurait plutôt été, toujours selon Kigali pour permettre aux Hutus, auteurs du génocide de fuir vers la république démocratique du Congo, alors appelé Zaïre.

De son côté la France a rouvert en octobre l’enquête menée sur l’assassinat le 06 avril 1994 du président Hutu du Rwanda, Juvénal Habyarimana, afin d’écouter un état-major rwandais qui accuse le président actuel, Paul Kagame d’avoir été le commanditaire de l’attentat dans lequel Habyarimana a été tué. La mort de ce dernier, dans un attentat contre son avion présidentiel a été à l’origine du génocide ayant été commis par la suite.

La liste des 22 personnes sur lequelles porte l’enquête a par ailleurs été publiée le 1er novembre suite à la réouverture du dossier portant sur l’assassinat de Habyarimana. Le général Jacques Lanxade, ancien chef d’état-major de l’armée française, et le général Jean-Claude Lafourcade, commandant de l’Opération Turquoise font partie des personnalités citées sur la liste.

La commission nationale de lutte contre le génocide CNLG ayant publié la liste accuse dans un rapport des hauts gradés s, ainsi que des personnalités politiques français d’avoir commis des crimes très graves au Rwanda. Le dit rapport est par ailleurs intitulé «La manipulation du dossier de l’avion d’Habyarimana, une occultation des responsabilités françaises dans le génocide».

L’enquête ouverte par le parquet rwandais pourrait par la suite porter sur d’autres personnes et s’élargir à d’autres fonctionnaires français. Le procureur général du Rwanda, Richard Muhumuza, s’attend néanmoins à la coopération des autorités françaises compétentes.

Notons que la liste des personnes concernées par l’enquête a déjà été publiée en 2008. L’ancien ministre français de la défense Jean-Yves Le Drian nie par contre toute participation de l’armée française au génocide rwandais, qualifiant les accusations par un « mensonge indigne ».

 

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire