La Paix est-elle a n importe qu’elle prix

LA PAIX est-elle à n’importe quel prix ? Accord de Paix entre Les Emirats Arabes Unis & « Israël »

Article d’analyse et d’opinion de Monsieur Mohamed Béchir GUELLOUZ
Diplomate Tunisien de carrière. Ministre Plénipotentiaire Retraité

Le 13 Aout 2020, c’est la Maison Blanche qui, la première, a annoncé, qu’un Accord de Paix est intervenu entre Les Emirats Arabes Unis et Israël.

Il s’agit d’un Accord de principe, baptisé Accord d’Abraham et réalisé par l’entremise des Etats Unis d’Amérique qui sera suivi, dans les prochains jours, par la signature d’un Accord de Paix et de coopération entre les deux pays, couvrant divers domaines.

Cette annonce est confirmée simultanément à Abu-Dhabi et Tel-Aviv. Dans sa déclaration Netanyahou mettait l’accent sur ce que cet Accord allait générer comme possibilités économiques et commerciales pour son pays, alors que Anouar Guerguèche, Ministre délégué auprès du Ministre Emirati des Affaires Etrangères, mettait en exergue que consécutivement à cet Accord, Israël arrêterait toute annexion de Territoires Palestiniens à sa souveraineté. C’est là pense-t-il une réalisation que les Palestiniens ne peuvent obtenir dans les circonstances actuelles.

Les deux Parties s’accordent par ailleurs, qu’il s’agit là d’un « Accord STRATEGUIQUE ». Ainsi les « Ennemis » d’hier deviennent-ils des « Alliés Stratégiques » aujourd’hui.

Américains et Israéliens jubilent et vantent « le Courage, La Clairvoyance et le Pragmatisme » des dirigeants Emiratis, sans aucune mention des Palestiniens et des Droits Inaliénables du Peuple Palestinien.

Aussi relève-t-on que Le Président américain Donald TRUMP insiste tout particulièrement sur l’idée que « Cet Accord ouvrirait la voie à d’autres Pays Arabes » et va même jusqu’à souhaiter que l’Arabie Saoudite s’inscrive dans cette mouvance.

Netanyahou, pour sa part, fait l’éloge de la politique menée par son gouvernement, qui « exerce un attrait sur de nombreux pays arabes désireux maintenant de se rapprocher d’Israël ».

La NORMALISATION devient un OBJECTIF à réaliser, avec la majorité, sinon la totalité, des pays arabes. La CONVICTION de  Netanyahou est ferme : Les Pays Arabes rejoindront les Emirats Arabes Unis et sans grands frais pour Israël ni effort de guerre d’ailleurs.

D’une pierre deux coups : La Paix et la liquidation de La Cause Palestinienne.

L’on ne peut douter un instant que Netanyahou et TRUMP se rendent ainsi mutuellement service, sur le dos aussi bien des palestiniens que des arabes. Un tel succès permet au Chef du Gouvernement Israélien de dépasser certaines difficultés intérieures, sachant qu’il est poursuivi pour corruption par la justice dans « son pays », et le Président TRUMP quant à lui saura se servir de ce « succès diplomatique » lors de sa compagne électorale. L’Electorat juif saura lui être reconnaissant.

D’aucuns estiment que l’annonce de cet Accord eut l’effet d’un choc dans les capitales arabes car, « inattendu et préparé dans le secret ». Il a fallu vingt-quatre heures pour enregistrer les premières réactions, qui vont du refus catégorique au soutien et le soutien mitigé.

Comme il fallait s’y attendre, l’Egypte, le Soudan la Mauritanie et le Sultanat d’Oman ont soutenu l’Accord, (le Bahreïn le rejoindra), les pays du Maghreb déclarent et réaffirment leur soutien et fidélité à la Cause Palestinienne, mais, ils estiment néanmoins, que les EAU est un pays souverain et lui reconnaissent le Droit de décider pour lui-même. Le 23 Aout le Maroc crut devoir rectifier le tir en dénonçant toute initiative qui porterait atteinte aux Droits inaliénables des Palestiniens et au caractère SACRE d’El-Quds et son Arabité. Une semaine après la signature de l’Accord, le Président Algérien ABDEL MAJID TEBBOUNE réaffirme le soutien de son pays à la Cause de la Palestine, et le refus de toute normalisation avec Israël.

Les palestiniens quant à eux, condamnent et refusent l’Accord de normalisation entre les E.A.U et Israël. Ils décident la tenue d’une Réunion urgente de toutes les Factions Politiques et de Résistance pour l’élaboration d’une position commune. Dans une déclaration SAEB ARIQAT, (Secrétaire Général du Comité exécutif de l’OLP depuis la date du 04 juillet 2015) estime que les USA souhaiteraient par ce genre d’Accord de Normalisation, la création d’un OTAN Arabo-israélien dans le Proche Orient dont l’objectif n’est autre que de faire miroiter une « Protection » et non comme ils le déclarent, instaurer la Paix pour la Paix ; « c’est grave estime-t-il car la Sécurité des Pays Arabes reposera sur Israël qui a été toujours dans le camp des agresseurs desdits pays ».

De nombreuses personnalités palestiniennes s’indignent et crient leur colère rappelant aux dirigeants émiratis  tous les sévices qu’endure le Peuple Palestinien, les tortures, les privations de tous genres et le déni que lui oppose le Gouvernement Israélien « Les Crimes sont quotidiens, La Spoliation se généralise, et sur nos terres sont construites de nouvelles colonies »….s’écrit Madame Hanane Mikhail-Achrawi  ( membre du comité exécutif  de l’OLP)pour qui cet Accord n’est qu’ignominie, l’Entité Israélienne n’honore jamais ses engagements et continuera sa politique d’extermination, mais cette fois avec des Etats arabes qui lui sont acquis.

L’IRAN cria au déshonneur et dénonça « la Traitrise » des E.A.U un pays qui selon le Ministre Iranien des Affaires Etrangères Jawad Dharif « vient de poignarder dans le dos la Juste Cause Palestinienne ».

La Ligue des Etats Arabes, qualifie diplomatiquement cet Accord de « Non Conforme au Consensus arabe ».

La Malaisie, L’Indonésie et le Pakistan se montrent plus virulents et estiment que cet Accord va encourager Israël à porter plus d’atteintes aux Droits Palestiniens, la Spoliation de l’ensemble de leur territoire pour arriver enfin au déni d’une Entité Palestinienne.

Les mouvements de masses contestant le dit Accord s’avèrent limités, sans portée ni importance, comme si la Rue dans les Capitales arabes, n’a pas vibré comme à l’accoutumé et comme le faisaient naturellement les Arabes et les Musulmans quand il s’agit de la Palestine…l’on impute cette léthargie aux effets du CORONAVIRUS qui semble-t-il eut raison de la Dynamique des peuples et de leur mobilisation.

Les masses populaires sont par ailleurs préoccupées par d’autres difficultés : le Chômage, l’insupportable cout de la vie…plus grave peut-être, les Dissensions palestiniennes ont affecté l’enthousiasme et le soutien à leur cause. Elles auraient même détourné quelque peu l’attention de la jeunesse au point que les tentatives de NORMALISATION ne semblent plus émouvoir comme ce fut le cas pour les générations précédentes – les Israéliens auraient aisément compris le phénomène.

D’habitude trop engagée, pour ce qui concerne la Cause Palestinienne, la Tunisie semble, elle aussi, avoir mis un bémol dans sa réaction à ce sujet .La Présidence de la République était laconique dans son Communiqué estimant que cet Accord « est une Affaire de Souveraineté qui ne concerne que les Emirats. »

Le PDL (Parti Destourien Libre) refuse quant à lui de « condamner les EAU ». Les destouriens demeurent fidèles à l’une de leurs constantes en politique étrangère : « La non-ingérence dans les affaires des autres pays ».

Le Conseil de la Choura d’Ennahdha a exprimé sa « satisfaction quant au refus déclaré par l’ensemble des composantes de l’échiquier politique tunisien de l’Accord conclu entre les EAU et Israël, refus unanime à l’exception de ceux qui complotent et entravent la démarche démocratique dans le pays… ».Ainsi l’on ne peut que relever l’aversion d’Ennahdha pour le PDL dont on se sert pour camoufler la position exacte des islamistes.

Nonobstant tous genres de réactions, les dirigeants des E.A.U s’en vont passer l’Accord avec Israël et normaliser leurs relations avec Tel-Aviv pour sauvegarder leurs intérêts et leur avenir. Trois considérations semblent les pousser à le faire.

*-Les fortes pressions exercées par l’administration TRUMP qui leur fait miroiter l’avantage et le mérite de construire « UN NOUVEL ORDRE »dans la Région du Moyen-Orient basé sur la « Paix, la Stabilité et une Coopération mutuellement avantageuse pour Israël et l’ensemble des Pays du Golfe » ; les EAU auraient ainsi les avantages du premier servi.

*-« L’espoir qui anime les dirigeants émiratis » de pouvoir compter sur l’aide et le secours que Washington et Tel-Aviv pourraient leur porter à se désengager (sans risques majeurs) du bourbier de la guerre AU YÉMEN. Si Riadh déciderait de se retirer du Conflit.

Abu-Dhabi, dans pareille optique, ne veut aucunement être prise au dépourvu notamment au vu  de Certaines démarches saoudiennes visant à trouver une entente entre le gouvernement  du Président Abdrabbou Mansour Hadi ( replié au sud du pays  à Aden et considéré comme autorité légale au Yémen) et le pouvoir de FACTO  exercé dans divers régions du pays et dominé  par les milices des «  ANSAR ALLAH » zaydites radicaux(guidé par le chef spirituel Mohammed Abdelmalik Elhouthi) et avec une  alliance de fait  du Parti du Congrès Populaire Général de l’ex président déchu Ali Abdallah Salah ainsi qu’une bonne partie des forces armées yéménites issues des régions de l’ancien Yémen du nord.

Il semble en effet que les Emirats qui ne sont pas associés aux démarches saoudiennes veillent à ne pas être pris pour la principale cible une fois la guerre terminée, ne serait-ce que par l’Iran, soutien indéfectible des « Ansars- Allah ».

Rien de surprenant n’adviendrait à ce sujet, sachant que la République Islamique d’Iran nourrit depuis toujours une hostilité  envers les Emirats ; leur inimitié s’aggrave quand Téhéran manifeste ses velléités de Prépondérance dans la région par le soutien des mouvances sociales et  politiques islamistes inféodées  à  la ligne théologique et idéologique de l’Iran ou alliées par nécessité ;envers  pareilles mouvances les autorités émiratis portent une crainte viscérale et vouent une  abomination totale.

A l’issue de la Guerre du Yémen, l’on estime fort, que l’Iran chercherait à déstabiliser les E.A.U pour ces mêmes raisons. L’appropriation de fait par l’Iran des iles Tomb el kobra,Tomb el soghra et Abou moussa depuis l’ère du Chah avant  l’indépendance  des principautés aux rivages est de la péninsule arabique au début de la septième décennie du siècle écoulé , constituerait de surcroit un risque potentiel et  sérieux de conflit entre les deux pays.

*- Le Pétrole, les revenus du pétrole s’amenuisent depuis l’an 2019 et le budget de l’Etat s’en ressent, d’autant qu’il se trouve déjà grevé par l’effort de guerre au Yémen. Les finances du pays encore confortables, mais lourdement affectées par la morosité économique et commerciale consécutivement à la Pandémie du Covid-19. Ainsi le pays se doit-il, de rechercher et d’imaginer de nouvelles équations qui lui seraient profitables dans l’immédiat et renforceraient sa sécurité à l’avenir.

Cette sécurité se pose avec acuité et nécessité des Alliances et des Soutiens à la fois efficients et efficaces lui permettant de survivre dans une région aux aléas et multiples dangers : L’Islam Politique, le danger iranien, la récession économique etc.…

L’Accord de Paix & de Coopération avec Israël, qualifié de « Stratégique », s’inscrit dans l’optique d’anticipation des dirigeants Emiratis. Il leur offrirait, dans l’immédiat, une Alliance sécuritaire, des Armes Sophistiquées ((dont les Avions F-35)), d’éminents services du Mossad et probablement d’appréciables investissements dans différents domaines.

Les Emirats rejoignent ainsi l’Egypte et la Jordanie qui entretiennent depuis le siècle dernier des Relations Officielles avec « l’Etat Hébreux » mettant fin à « des décennies d’hostilités non-productives » de leur point de vue, d’autant que les palestiniens perdent  d’année en année le contrôle sur des étendues de plus en plus vastes du territoire qui leur est imparti par le Plan de partage décidé  par l’Organisation des  Nations Unies (depuis 1947) ; ils ne conservent plus actuellement que 08 °/° de ce territoire.

Plus désolant encore, l’impuissance arabe devant la perte par les Palestiniens davantage de leurs Droits et tout particulièrement leurs Droits à la Cité de  Jérusalem / El-Quds – «  La Capitale éternelle  espérée » de la Palestine et le lieu Sacré de tous les Musulmans ainsi que des Chrétiens. Les dissensions entre les Factions Palestiniennes ne sont pas non plus étrangères à cette fâcheuse évolution : l’affaiblissement de leur position quant à pouvoir négocier avec Israël et défendre eux- mêmes leurs droits- l’on va jusqu’à dire qu’ils ont contribué à la Perte de leur Juste Cause.

Le Peuple Palestinien entier – y compris ceux qui vivent encore à Gaza, dans les Territoires palestiniens occupés aux rives ouest du fleuve du Jourdan, les Réfugiés et ceux de la Diaspora – paie le prix   de cette discorde.

Sans doute la plupart des états arabe ont subi une usure patente par ;

Les guerres successives avec Israël et autres depuis 1948

-celle de juin 1967

-celle d’octobre 1973

-la guerre irako-iranienne 1980-1988

-l’invasion irakienne du Koweït 1990 puis la guerre d’occupation américaine de l’Irak 2003

– les incursions militaires au Liban

-pour enfin arriver aux insurrections populaires connues sous le nom du Printemps ARABE qui ont affecté toute la région et particulièrement la Syrie, le Yémen et la Libye.

Gangrenés par le terrorisme extrémiste et autre d’obédience religieuse, les pays arabe sont usés et diminués politiquement, économiquement, culturellement et socialement.

Dans cette situation chaotique, les palestiniens se trouvent, comme abandonnés à leur sort face à Israël puissant et dominant. Ils continuent à mener leur combat de survie privés du soutien arabe que l’on croyait indéfectible.

 

 

 

Dans l’Ordre Régional Arabe longuement tourmenté les Palestiniens n’ont pas pu se prémunir des interférences arabes et partant des déchirements et des luttes fratricides dans leurs rangs.

Pis encore les Etats arabes semblent sombrer dans une phase d’extinction graduelle d’empathie envers la cause palestinienne pour se consacrer à leurs propres intérêts.

Après l’Unité et la Solidarité arabes longuement réclamées et vénérées l’on échoue à présent dans un lamentable précipice imposant à chaque pays arabe de cavaler seul sans aucune force fut ce-t-elle résiduelle d’attachement, ou de consensus dans un avenir prévisible.

Les E.A.U font aujourd’hui cavaliers seuls, convaincus de leur choix. Ils s’assureraient des avantages dans l’immédiat, qu’ils estiment nécessaires pour leur sécurité et pour leur économie. Ils croient ferme que Washington et Tel-Aviv se porteraient garants de ces avantages en attendant l’instauration de « L’ORDRE NOUVEAU » qu’ils ont choisi pour la région.

La Paix a son prix, et les Emiratis ne le savent que trop, ne serait-ce que par les expériences de l’Egypte et de la Jordanie d’il y a quarante ans. Ils clament tout haut que ce choix est non seulement judicieux mais bénéfique pour la cause palestinienne ! Ils seraient préparés aux critiques et aux reproches comme ils savent que les choses s’estomperont d’elles-mêmes. L’opinion s’accommodera de cet accord, comme l’on s’est accommodé de la Normalisation égyptienne et jordanienne ; et toutes les critiques ne les détourneront pas de leur  projet parce qu’elles sont éphémères. TRUMP et son administration seront là pour les conforter dans leur nouveau statut d’Allié Stratégique avec Israël dans le nouvel ordre décidé pour l’avenir de la région.

D’aucuns estiment qu’il s’agit d’un leurre, d’un mirage que le tandem Netanyahou-TRUMP a conçu pour faire main- basse sur les principaux pays  arabes du golfe, les vassaliser politiquement et les placer sous leur Contrôle définitif, financièrement et économiquement. Plus grave encore, faire de ces pays « un pare-chocs » en cas de Conflit avec l’Iran. Un Conflit dont on voit les contours se dessiner de jour en jour, tant les causes se multiplient et l’animosité augmente de part et d’autre.

Sur un autre plan, les Etats Unis d’Amérique réussissent à faire admettre Israël dans l’ensemble arabe, lui taillent une place et une position de choix lui permettant de tout Contrôler dans ces pays y compris leurs richesses, leurs décisions et leurs orientations de tous genres. Que peut-on comprendre d’autre de cette déclaration d’un Général israélien faite au lendemain de l’annonce de l’Accord disant que : « la fourniture des avions F-35 aux E.A.U loin de constituer un danger pour Israël, elle ouvrirait une possibilité de coopération entre les deux pays. Israël fournirait aux Emirats, les services de ses techniciens qui, partant, contrôleraient l’utilisation de ces appareils… ». Il en va de même pour toutes les armes sophistiquées qui seront vendues aux E.A.U.

Il n’y a pas plus humiliant à ce sujet que la déclaration de TRUMP qui dans sa désinvolture habituelle envers les pays arabes, lance : « Je ne vois pas pourquoi on ne vendrait pas les F-35 aux E.A.U puisqu’ils ont suffisamment d’argent pour les payer ».

D’autres estiment que la livraison des F-35 aux E.A.U n’affecte en rien la supériorité israélienne dans ce domaine, parce que sans leurs options tactiques les F-35 ne seront que des avions de combat normaux.

Sans attendre la signature des textes officiels, de cet Accord le mardi 15 septembre, Israéliens et Emiratis se sont mis à pied d’œuvre pour la conception de leurs Relations et à établir des plans d’action dans divers domaines.

L’ouverture des lignes aériennes directes et régulières ainsi que les lignes de transport maritime et des communications ont eu la priorité absolue. En un temps record les communications ont fonctionné et les délégations échangées, manifestant ainsi le désir et l’enthousiasme de part et d’autre.

La volonté d’Israël d’établir et de réussir la normalisation avec Abu-Dhabi est manifeste et à la différence de la normalisation officielle avec l’Égypte, les israéliens entendent mener une démarche qui implique les peuples, tant l’expérience avec l’Egypte est demeurée limitée au niveau officiel. L’on signale déjà des contacts intenses entre les hommes d’affaires israéliens et les compagnies émiraties dans plusieurs secteurs. L’institution des ports de Dubaï est déjà en contact avancé avec son homologue d’Israël pour l’élaboration d’une coopération multidimensionnelle, tout comme les institutions douanières des deux pays. L’installation d’un pipe-line qui relierait les Emirats à Israël et traversant le désert d’Arabie retient déjà l’attention des deux parties et ouvrirait d’immenses possibilités dans le domaine des hydrocarbures.

Au niveau personnel et du business-online, les communications auraient ouvert un immense flux d’échanges dont bénéficieraient un nombre impressionnant d’acteurs particulièrement dans le domaine hôtelier et du tourisme. Les produits israéliens ont déjà fait leur apparition dans les « malls » de Dubaï, et les restaurants Casher sont ouverts dont au rez-de-chaussée du prestigieux Borj Khalifa.

La cérémonie Solennelle de la signature des accords à la Maison Blanche, le Mardi 15 septembre 2020, n’a pas suscité un grand intérêt, bien que qualifiée d’Historique par le Président Trump et ses hôtes les signataires.

Fade, sans charge émotionnelle, Cette Cérémonie donnait l’impression que les parties (organisateurs et signataires) jouaient des rôles sans harmonie, et le Chef d’Orchestre s’imposait à peine, donnant l’impression de vouloir en finir avec la partition…une corvée( n’a-t-il pas devancé ses hôtes sur le perron donnant le signal que sa mission est ainsi terminée.).

Les déclarations officielles données devant un parterre d’invités figés, n’ont rien apporté de nouveau – seul Netanyahou semblait heureux, et cherchant à jouer la vedette de la partie ; il voulait, sans doute, s’attribuer les mérites d’un succès, sinon comment expliquer l’absence de son Ministre des Affaires Etrangères à un tel événement. Il lui importait de paraitre aux yeux de ses compatriotes y compris ses détracteurs, « Le Vainqueur des Arabes ».

Le Président Trump parait lui aussi soucieux de sa popularité, affirmant que ses capacités de réussir au Moyen Orient dépassent celles de ses prédécesseurs, se targuant même de pouvoir amener d’autres pays arabes à la normalisation avec Israël. En architecte laborieux, il promet que sa construction sera « solide » et annonce que « 5 ou 6 autres pays arabes se joindront bientôt à cet édifice de la Normalisation avec Israël ». Avec son arrogance habituelle, il prédit que « Les Palestiniens eux-mêmes seront acculés à signer ce genre d’Accord ». Il se fait là oublieux des Accords d’Oslo que ni Israël ni les Etats- Unis n’ont respectés.

Le Ministre délégué auprès du Ministre Emirati des Affaires Etrangères, Anouar Guergueche n’a pas tari d’éloges pour les initiateurs de cette démarche et a réaffirmé la volonté de son pays d’établir un nouveau genre de Relations entre les pays du Proche-Orient qui garantirait « La Stabilité » dans la région. Ses appréhensions quant à l’avenir n’ont pu être occultées en expriment clairement qu’il s’agit là « d’une Coalition qui fera face à d’éventuels menaces ou conflits… ». C’est à peine pour ne pas dire que c’est l’Iran qui s’est montré très critique de cet Accord, qui serait l’instigateur de ces menaces pour la stabilité de la région.

En soutenant par ailleurs que cet Accord sera d’une importance particulière pour la Cause Palestinienne, et servira la Paix entre Palestiniens et Israéliens, Guerguèche sera vite désavoué aussi bien par le Président Mahmoud Abbes qui lui refuse «  le droit de parler au nom de la Palestiniens » pour avoir trahi le consensus arabe, comme il sera désavoué par Netanyahou en lui faisant remarquer « qu’il s’agit d’un accord de paix pour la paix » sans aucune autre portée ni considération territoriale.

Un revers à valeur d’avertissement sur la manière de traiter avec Israël. Il est le premier donné à ce responsable émirati et il importe de ne pas l’oublier à l’avenir.

Ne dit-on pas qu’un homme averti en vaut deux ?

Aussi n’est-il pas désolant de voir comment certains Pays arabes adhèrent si facilement à une démarche aux portées pernicieuses et acceptent de servir de base avancée à toute une politique de déstabilisation élaborée à par Washington et dont la Cible sera l’IRAN !?

Il est clair que le Président TRUMP ne veut plus désormais engager son pays sur « le front », il est clair aussi qu’il donne à Israël l’opportunité et la possibilité de jouer le rôle qui, par ailleurs sert si bien les desseins de Tel-Aviv. En homme politique averti, Netanyahou, cueille le fruit et en fin connaisseur de l’esprit et de la mentalité des dirigeants arabes, s’en va démontrer à ses détracteurs qu’il est le seul à pouvoir obliger les pays arabes à faire l’un après l’autre la paix qu’il aura voulue. Une Paix dont Israël récoltera des milliards de dollars sans efforts de guerre ni leurs affres comme par le passé.

Les anciens temps sont révolus aurait-il déclaré, et les  Accords  qu’il vient de signer avec les E.AU,  et le Bahreïn lui donnent  raison  comme ils confortent TRUMP dans Sa  Stratégie au Moyen Orient, le tout devant une formidable impéritie des dirigeants arabes et la confusion de leurs peuples  qui ont tant rêvé de la grandeur, la fierté et la solidarité de  «  La Oumma » digne et capable de sauvegarder La Palestine et sa Capitale Al Quds, premier lieu sacré de l’Islam.

L’arme da la Solidarité  et de la volonté pour faire face à une entité usurpatrice, raciste et arrogante, cette arme si facilement abandonnée, interdit à ces peuples de rêver, de défier. A-t-on pensé à d’autres alternatives pour les palestiniens ? A leur avenir, à leur identité. Ont-ils cessé d’être nos frères et sœurs ?

Moralement, cette Normalisation, cette fuite en avant n’est qu’un acte répréhensible qui porte le coup de grâce à la dignité collective de la « Oumma », une trahison à la cause la plus juste de tous les temps, une Cause qu’on vient de sacrifier à l’autel de l’impérialisme et du sionisme.

Avec amertume, et tristesse l’on voit enterrer « l’Initiative de Paix Arabe », l’on  voit s’évanouir aussi tous les espoirs et les rêves ; point de défis à relever, point d’idéaux à cultiver….Les martyrs tombés pour que vive la Palestine  ne méritent pas un tel déshonneur, et malheureusement la Génération  née et portée par la fierté et l’orgueil du Nationalisme, se doit de vivre, le désarroi, l’amertume, la crainte  de connaitre une deuxième ANDALOUSIE. La Palestine est éternelle elle ne peut disparaitre, elle revivra de ses cendres.

« Et la raison du plus fort est-elle toujours la meilleure ?!!! ».

« La Paix est-elle à n’ importe quel prix ? »

Bechir Guellouz

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer