produits Bio
FETHI BELAID / AFP

La Tunisie, premier exportateur africain de produits Bio

Dans un récent article, Franceinfo a mis en avant le potentiel du marché des produits Bio en Tunisie. Un constat qui place notre pays en haut du podium en termes d’exportations dans la région du Maghreb et de l’Afrique.

306 000 ha consacrés au Bio et une équivalence européenne

La raison principale de cet essor malgré la crise économique ?  L’équivalence de la certification tunisienne avec celle de l’UE. Sur le continent, elle « est championne en terme de superficies » en matière d’agriculture bio, 306 000 ha lui sont consacrés.

L’auteur de l’article indique que «Les produits bio joueraient un rôle important dans la balance commerciale de la Tunisie, citant les chiffres officiels, « le secteur des produits bio a contribué à hauteur de 9,3% dans le total des exportations tunisiennes » en 2016.

Mieux : entre janvier et octobre 2018, les ventes de ces produits à l’étranger, favorisées notamment par une forte demande dans les pays européens, auraient ainsi rapporté 520 millions de dinars, soit environ 153 millions d’euros, à un moment où l’économie du pays est en crise.

Parmi les principaux produits exportés : l’huile d’olive (42 000 tonnes pour les dix premiers mois de 2018, selon des données citées par le site webmanagercenter) et les dattes (10 473 tonnes, selon la même source), en l’occurrence les fameuses Deglet Nour venues du sud du pays.  Sans compter une soixantaine de produits divers allant de l’orange maltaise, à la harissa en passant par la bsissa (mélange de blé, pois chiches, graines de fenouil, cumin), les plantes aromatiques…précise la même source.

Si les produits bio s’exportent bien, ils se vendent mal sur le marché local

En effet, « Le bio manque fortement de visibilité en Tunisie, la communication se faisant essentiellement sur les réseaux sociaux », constatait le site middleeasteye en 2015.

De plus, les consommateurs locaux « ne distinguent encore pas bien entre un produit ayant obtenu la certification ‘bio’ et un produit ‘naturel’ qu’ils achèteraient au marché, mais qui aurait peut-être été obtenu à l’aide de pesticides »… Sans compter le fait que le marché tunisien souffre d’une absence de politique nationale pour développer le secteur et aider les producteurs.

A l’occasion d’un débat organisé le 5 avril 2019 devant un public de professionnels tunisiens du bio, on en est arrivé à la conclusion qu’il existait un réel potentiel mais que le secteur accusait «un déficit en matière de promotion de ses produits et de son savoir-faire sur le marché bio mondial». Ces propos, tenus par l’ambassadeur suisse à Tunis qui a par ailleurs précisé que  « La Tunisie est toujours associée à l’image du désert, des chameaux et des plages ».

Parmi les produits bio que vous commercialisez, on ne connaît pratiquement que l’huile d’olive et les dattes. Un effort en marketing est nécessaire pour améliorer le positionnement de la Tunisie sur le marché bio mondial », a estimé un consultant.

Réponse du président de la chambre syndicale des exportateurs d’huile d’olive : « L’image folklorique des chameaux et des plages est une fierté pour les Tunisiens, mais elle ne traduit aucunement le présent du pays qui enregistre des avancées énormes notamment en matière d’agriculture biologique »…

S.N

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer