changements climatiques

La Tunisie se prépare à la prochaine conférence des Nations unies sur les changements climatiques

La Tunisie envisage de mettre en place des mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre dans le cadre d’un programme qu’elle compte présenter lors de la 24e conférence des Nations unies sur les changements climatiques (COP24) qui se tiendra à Katowice (Pologne) début décembre 2018.

Il s’agit d’un « portefeuille de projets à soumettre au Fonds vert pour le climat (FVC), une plateforme de financement mondial visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre dans les pays en développement et aider les pays vulnérables à affronter les conséquences inévitables du changement climatique », a déclaré Mohamed Zmerli, responsable du climat au ministère de l’Environnement lors d’une conférence sur la diplomatie climatique tenue mardi à Tunis.

La Tunisie s’est engagée, dans le cadre de l’Accord de Paris, premier accord universel sur le climat qui fait suite aux négociations menées lors de COP21 à Paris, à réduire drastiquement l’intensité carbone de 41% d’ici 2030 et à accroître la part des énergies renouvelables dans la production nationale de gaz naturel à 30% d’ici 2030.

Deux entités nationales, l’Agence de promotion des investissements agricoles (APIA) et la Caisse des dépôts et consignations (CDC), seront accréditées pour faciliter le financement de projets climatiques en Tunisie par le Fonds vert pour le climat, a ajouté M. Zmerli.

Officiellement lancé en 2011, le Fonds vert pour le climat est un mécanisme financier de l’ONU rattaché à la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et a pour objectif de réaliser le transfert de fonds des pays les plus avancés à destination des pays les plus vulnérables afin de mettre en place des projets pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre, lutter contre la déforestation et prendre des mesures d’adaptation aux conséquences du réchauffement climatique.

En effet, tous les Etats signataires de l’Accord de Paris, dont la Tunisie fait partie, ont convenu de contenir d’ici à 2100 le réchauffement climatique « bien en dessous de 2 degrés » et de « poursuivre les efforts pour limiter la hausse des températures à 1,5 degré ». Les délégations ont également convenu de « viser un pic des émissions mondiales dès que possible », en reconnaissant que cette évolution sera plus lente dans les pays en développement, et de « parvenir ensuite à une diminution rapide des émissions, en s’appuyant sur les meilleures données scientifiques disponibles ».

Une délégation tunisienne conduite par le ministre de l’Environnement et des Affaires locales participera à la COP24 à Katowice, en Pologne, du 3 au 14 décembre 2018. Un événement important et très attendu par les acteurs de la diplomatie climatique internationale, alors que les nations avancent vers la mise en œuvre de l’Accord de Paris sur les changements climatiques. Lors de cet événement mondial, il s’agira d’examiner « les lignes directives visant à rendre l’accord pleinement opérationnel », et de « faire le bilan de la situation collective des pays par rapport aux objectifs et aux ambitions de Paris pour les années et décennies à venir », comme l’a expliqué Patricia Espinosa, Secrétaire exécutive de la CCNUCC.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer