La vérité sur le visa électronique gratuit pour les régions de l’Extrême-Orient...

La vérité sur le visa électronique gratuit pour les régions de l’Extrême-Orient russe

0
PARTAGER

Récemment, l’information selon laquelle la Russie a réduit les modalités de l’obtention de visa pour les ressortissants de 18 pays à une simple procédure électronique gratuite s’est propagée partout et a suscité une vague de joie et d’approbation.
En effet, la Tunisie figure parmi ces pays bénéficiaires de la simplification des procédures en plus de l’Algérie, le Maroc, le Bahreïn, le Brunei, l’Inde, l’Iran, le Qatar, la Chine, la Corée du Nord, le Kuweit, le Mexique, les Emirats Arabes Unis, Oman, l’Arabie Saoudite, Singapour, la Turquie et le Japon.

En tout, une dizaine de pays arabes et les pays asiatiques avoisinant la région dont le Japon et la Corée de Nord, plus un seul pays de l’Amérique latine, qui est le Mexique.
Selon le site russe Sputnik, le président Vladimir Poutine a signé un décret sur l’octroi de visas électroniques gratuits aux étrangers qui souhaitent se rendre dans les territoires du Primorié et de Khabarovsk, dans la région de Sakhaline, dans le district de Tchoukotka et au Kamtchatka et cela depuis mi-mars 2017.

Désormais, il suffit au ressortissant de l’un des 18 pays cités plus haut de remplir un formulaire sur un site spécial mis en place par le ministère des Affaires étrangères. Une fois ses informations sont enregistrées, il a ses chances d’obtenir une réponse favorable, et obtenir ainsi son visa directement à la frontière sans frais de dossier. Toutefois, la réponse positive n’est pas automatique et il est possible que la demande soit rejetée.

Ce visa sera valide pendant un délai de 30 jours à partir du moment où il sera délivré avec une durée maximale de séjour de huit jours, une durée plutôt courte surtout en comparaison avec les vastes étendues du territoire de l’Extrême-Orient russe. Par ailleurs, les visas humanitaire, touristique ou d’affaires seront délivrés pour une seule entrée et les étrangers pourront se déplacer uniquement dans la région de leur arrivée. En effet, il faut préciser que seulement la partie asiatique du territoire russe est concernée.

Aussi, des neufs oblasts (provinces russes) qui composent l’Extrême-Orient russe, cinq seulement seront accessibles via le nouveau visa électronique. En effet, on suppose que quelques oblasts à l’instar de l’oblast autonome juif et sa capitale Birobidjan ne sont pas concernés par la nouvelle procédure de simplification pour des raisons sécuritaires.

La région extrêmement vaste a été jusqu’à une date récente isolée du reste du monde. Toutefois, elle connait actuellement un véritable boom économique grâce à ses ressources minières et l’arrivée en masse de chinois et d’autres populations asiatiques qui se sont établis dans les lieux tout en investissant. En 2025, les investissements devraient atteindre 10 billions de roubles (provenant à la fois du budget national et de fonds privés). Toutefois, malgré la beauté extrême des lieux et son infrastructure qui se modernise, le tourisme ne participe qu’à hauteur de 0.8% au PRB (Produit Régional Brut).

Selon le ministre du Développement de l’Extrême-Orient, Alexandre Galouchka, cette mesure devra aider à attirer plus d’investisseurs et de touristes dans l’Extrême-Orient russe. Ainsi, ce visa s’inscrit dans l’optique d’un choix stratégique afin d’accroitre les revenus du tourisme dans une partie de la Fédération Russe qui représente 36% de son territoire (6.2 millions de Km²) avec une population de 6.8 millions d’habitants seulement.

Notons enfin que parmi les plus grandes villes de l’Extrême-Orient russe, nous trouvons Vladivostok (622 672 habitants) et Khabarovsk (601 043 habitants).

N.B

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire