accord du libre échange

L’accord du libre échange entre la Tunisie et l’UE perturbé par les élections de 2019

«La Tunisie est appelée à se prononcer rapidement, sur l’opportunité qu’offre l’Accord de libre échange avec l’Union européenne avant les élections européennes de 2019. Ces dernières pourraient amener à la commission européenne des responsables moins favorables à la Tunisie», selon  Ghazi Ben Ahmed, directeur du think tank Mediterranean Développement Initiative.

Pour cet ancien fonctionnaire de la commission européenne, la montée de la droite dans plusieurs pays européens, le renouvellement du parlement européen prévu en 2019, risque d’être préjudiciable à la Tunisie et partant à son prochain accord avec l’UE, lequel représente une opportunité de booster l’économie nationale après l’essoufflement du modèle de développement actuel.

«Les négociations sont actuellement, au statu quo, alors que l’économie tunisienne s’enfonce dans la morosité, avec la dévaluation du dinar et l’aggravation de la dette publique. Ce statu quo risque de différer les négociations de deux ans, en attendant les nouvelles configurations politiques en Europe et en Tunisie, où des élections sont également prévues en 2019», a estimé le responsable avant d’ajouter : «L’Aleca pourrait apporter à l’économie tunisienne, l’électrochoc dont elle a besoin, d’autant qu’il sera accompagné d’une aide budgétaire et au développement et d’une assistance technique».

Durant les deux premiers rounds des négociations (2016-2018), la Tunisie s’est contentée de poser des questions à son partenaire sur le projet d’accord ” proposé et non pas imposé “.

La Tunisie, a-t-il dit, n’a pas sur les court et moyen termes, une autre alternative d’autant qu’elle ne dispose pas de stratégie avec d’autres groupements ou d’autres régions telles que l’Asie, ou même l’Afrique et ce contrairement, à son concurrent direct, le Maroc qui a développé sa stratégie africaine depuis 15 ans.

Avec plus de 70% des échanges commerciaux du pays, l’UE est le principal partenaire économique de la Tunisie.
En effet, un accord de partenariat privilégié lie depuis 2012, la Tunisie à l’Union Européenne. La coopération entre les deux parties touche à tous les domaines et est estimée à environ 10 milliards d’euros (plus de 30 milliards de dinars).

S.N

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer