l’Afrique

L’Afrique, entre résilience et défis

         L’intérêt pour l’Afrique s’explique aussi par le dynamisme de sa démographie et la taille de son marché. Avec un milliard d’habitants actuellement et deux milliards à l’horizon 2050, selon les prévisions, l’Afrique représente une importante réserve de main-d’œuvre et un immense marché de consommation pour des produits nombreux et variés ainsi qu’un marché en progression pour des investissements lucratifs dans des secteurs divers, tels que l’énergie et les équipements lourds (usines, raffineries, complexes industriels), les infrastructures de base (barrages, autoroutes…), les télécoms et services financiers. La majorité de ces investissements, est destinée aux industries extractives, dont les produits pétroliers; sachant par ailleurs que le taux de rendement des investissements en Afrique est l’un des plus élevés au monde.

En outre, la situation géographique de l’Afrique au confluent de la Méditerranée, de l’Europe et du Proche-Orient ainsi que les nombreux enjeux qu’elle représente en termes de lutte contre le terrorisme, de préservation de l’environnement, de sécurité alimentaire, de maitrise de la croissance démographique et des flux migratoires, lui confèrent une dimension géostratégique indiscutable. Dans ce contexte, elle représente, pour de nombreuses puissances extra-africaines, un terrain de positionnement stratégique et militaire (projet Africom), de compétition et d’influence diplomatique notamment en raison de l’intérêt que représentent les 53 voix dont disposent ses États membres au sein de l’ONU et dans la perspective d’attribution de deux sièges permanents à l’Afrique au Conseil de Sécurité si le projet de réforme de celui-ci se concrétise un jour.

L’Afrique et les défis de l’avenir

Les atouts dont dispose l’Afrique et les progrès qu’elle a accomplis ne doivent pas, néanmoins, occulter les nombreuses difficultés auxquelles elle demeure confrontée.

Renforcer et améliorer la gouvernance ; lutter efficacement contre le terrorisme qui constitue une menace sérieuse pour la sécurité et l’intégrité territoriale, voire pour la survie même de certains États ; réduire l’endettement extérieur et procéder aux réformes économiques et sociales indispensables ; poursuivre et consolider les avancées démocratiques ; préserver l’environnement et assurer les conditions d’un développement durable constituent quelques-uns des nombreux défis que les africains devront relever en ce début du XXIe siècle, s’ils veulent saisir l’opportunité qui s’offre actuellement pour amorcer le décollage du continent. Car le destin de l’Afrique se décide aujourd’hui.

Loin de tout « afro-pessimisme » démobilisateur ainsi que de tout optimisme béat qui tend à présenter l’Afrique comme le nouvel Eldorado et le rendez-vous de toutes les promesses, le continent africain mérite qu’on s’y intéresse, et qu’on s’y investisse, en toute lucidité, étant entendu que la fatalité n’existe pas et que le changement est possible dès lors que la volonté politique existe.

Comme l’a souligné Larry Summers, ancien Secrétaire d’État américain au Trésor sous Clinton : « Investir en Afrique est risqué, mais compte tenu des opportunités que présente ce continent, c’est encore plus risqué de ne pas y investir ».

L’Afrique et nous

L’ancrage africain de la Tunisie et son engagement vis-à-vis du continent noir et de ses causes ne datent pas d’aujourd’hui. Au moment où tous les regards se tournent vers l’Afrique, la Tunisie est appelée à s’investir davantage pour rattraper le retard et occuper la place qui lui revient sur la scène africaine. Elle se doit de réaffirmer son engagement et d’œuvrer pour le traduire par des initiatives et des actes concrets à travers le resserrement des ses relations politiques, économiques et culturelles avec les divers pays africains ainsi qu’à travers une participation plus active aux diverses instances africaines, en particulier l’Union africaine.

Moncef LARBI

Ancien Ambassadeur

 

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer