L'Algérie

L’Algérie achète la moitié des armes russes exportées en Afrique

Dans une interview accordée hier au média russe Sputnik, l’ambassadeur de Russie en Algérie, Igor Beliaiev, a expliqué que la coopération militaire et technique était une question centrale dans les relations entre Alger et Moscou. Cette politique d’entente, qui « s’est créée à l’époque de la lutte du peuple algérien pour l’indépendance », lors de laquelle « la Russie a joué un très grand rôle », ne cesse de se développer depuis, a-t-il assuré. Pour des raisons historiques et conjoncturelles, et en particulier en raison des conflits armés impliquant notamment la Libye et le Mali qui sévissent à ses portes, l’Algérie achète aujourd’hui la moitié des armes russes exportées vers l’Afrique.

« La Russie et l’Algérie collaborent également dans la lutte contre le terrorisme. Des foyers terroristes se sont formés dans de nombreuses régions du Proche-Orient et de l’Afrique du Nord en raison de la politique irréfléchie de certains pays qui cherchent à renverser les régimes qui ne leurs conviennent pas. Les terroristes migrent d’une région à une autre et présentent une menace pour la sécurité de l’Algérie et de la Russie. Voilà pourquoi nos deux pays luttent ensemble contre le terrorisme », a encore expliqué le diplomate russe, avant d’annoncer que l’Algérie a rejoint la base de données sur les terroristes élaborée par le Service fédéral de sécurité russe (FSB).

Le renforcement des relations algéro-russes a ainsi bénéficié d’un ancrage au sein des plus hautes institutions des deux Etats, dont les dirigeants multiplient les initiatives de rapprochement. « Lors de sa visite en Algérie en 2006, le Président Vladimir Poutine a insufflé une forte dynamique au partenariat stratégique signé entre l’Algérie et la Russie en 2001 à Moscou, en effaçant la dette militaire algérienne de 4,7 milliards de dollars », rappelle par exemple Sputnik.

L’embellie économique qu’a connue notre voisin algérien lors des années 2000, grâce à la montée des prix des hydrocarbures, lui a permis de mettre en place un vaste projet de rééquipement de ses forces armées qui avait impliqué l’acquisition de matériel sophistiqué et la modernisation du matériel existant. Un processus dont la Russie a été le principal accompagnateur. Signe de la réussite de ces politiques de coopération : le site américain spécialisé dans les questions de défense, le Global Fire Power, a récemment classé l’armée algérienne à la 23e place mondiale et à la 2e place en Afrique, juste derrière celle de l’Egypte.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer