guerre contre le terrorisme

L’Amérique étend « secrètement » sa guerre contre le terrorisme en Tunisie

« Le premier engagement militaire direct documenté par les Etats-Unis en Tunisie depuis la Seconde Guerre mondiale est passé largement inaperçu », a révélé hier The National Interest dans un article écrit par l’analyste en sécurité de la région MENA, Héni Nsaibia.

Le mois dernier, un porte-parole du Commandement des Etats-Unis pour l’Afrique (Africom) a confirmé, selon Task & Purpose, site américain dédié aux questions de sécurité, que des « raiders » du corps des marines s’étaient engagés dans une bataille acharnée en 2017 dans un pays d’Afrique du Nord (sans en préciser le nom), bataille qui a été livrée contre le groupe jihadiste AQMI. Reconnaissant que deux des marines engagés avaient reçu des citations pour mérite et actes de bravoure, Africom avait toutefois occulté certains détails relatifs notamment à l’emplacement de l’opération concernée, en raison de « considérations de classification, de mesures de protection des forces engagées et de sensibilités diplomatiques ».

Le Commandement a également déclaré que l’unité d’opérations spéciales s’était engagée pour une mission de formation de trois jours visant à apporter du conseil et une assistance à l’opération antiterroriste. Mais, explique Héni Nsaibia, les recherches et analyses ultérieures suggèrent fortement que la participation des Etats-Unis a été beaucoup plus profonde et que les événements décrits dans les citations pour mérite obtenues par Task & Purpose correspondent à des faits ayant eu lieu en Tunisie, celle-ci luttant depuis sept ans « contre une insurrection de faible intensité dans ses régions frontalières occidentales ». « Des éléments [et recoupements d’informations] indiquent que la bataille a eu lieu au mont Semmama, une chaîne de montagnes dans le gouvernorat de Kasserine, près de la frontière algérienne. Là, les Etats-Unis ont comptabilisé une première victime en action en Tunisie depuis la Seconde Guerre mondiale », explique l’analyste.

Les événements confirmés par Africom ont eu lieu le 28 février 2017 et font écho à une embuscade « désastreuse » qui a eu lieu moins de sept mois plus tard dans le village de Tongo Tongo, dans le sud-ouest du Niger. Dans cette bataille, des membres de l’Etat islamique dans le Grand Sahara ont tué quatre soldats des forces spéciales de l’armée américaine et quatre partenaires nigériens.

Ce qui s’est passé au mont Semmama

Héni Nsaibia révèle que dans le cadre de l’opération du mont Semmama, les forces américaines avaient ciblé des militants de la branche tunisienne d’AQMI dans une fusillade, qui a entraîné la mort d’un des militants jihadistes. L’opération a nécessité un soutien aérien pour mettre en déroute les jihadistes, qui ont ensuite tenté de contourner la force conjointe américano-tunisienne par l’arrière, obligeant les marines à riposter. Tandis qu’elles étaient engagées sur le terrain, les forces américaines faisaient également partie de la composante de soutien aérien. Un soldat tunisien qui tenait une mitrailleuse M60 à bord d’un hélicoptère a subi des blessures après avoir été abattu par deux fois par des militants renvoyant des tirs précis. Un marine américain a ensuite a pris le contrôle de la mitrailleuse pour maintenir les tirs contre les jihadistes et est simultanément venu en aide au soldat tunisien blessé. L’unité américaine et ses partenaires tunisiens ont chacun subi une victime dans la bataille, bien que les deux se soient relevées de leurs blessures. A l’époque, les médias locaux ont rapporté l’incident sans faire aucune allusion à une participation américaine.

Finalement, les forces tunisiennes ont sécurisé le site de la bataille et saisi un fusil, des munitions et d’autres fournitures. Deux jihadistes ont été tués au combat : un Tunisien et un Algérien. Ce dernier, selon une note bibliographique publiée par AQMI, était un insurgé vétéran qui avait été blessé dix ans plus tôt par une frappe aérienne américaine alors qu’il combattait sous la bannière d’al-Qaïda en Irak. Mais aucune implication des Etats-Unis en relation avec sa mort n’a jamais été mentionnée.

Les Etats-Unis ont maintenu une présence militaire en Tunisie pendant au moins quatre ans et demi, de sorte qu’il apparaît improbable que l’événement du Mont Semmama soit isolé, affirme Héni Nsaibia. La bataille impliquant les troupes américaines s’est déroulée dans le cadre d’une campagne intense visant à déloger les militants de la montagne qui leur servait de forteresse. Onze jours avant l’opération menée conjointement par les Etats-Unis et la Tunisie à Semmama, une autre opération avait eu lieu à proximité, entraînant également la mort de deux militants. On ignore actuellement si les troupes américaines ont participé à l’opération précédente. La question est alors de savoir si cet affrontement à Kasserine aurait finalement surgi si Task & Purpose n’avait pas déposé de requête en vertu de la loi sur la liberté d’information. C’est cette demande qui a incité Africom à publier les éloges sur les citations pour actes de mérite accordées à deux marines pour leurs actions au mont Semmama.

Une question épineuse

Les Etats-Unis ont cherché à soutenir la transition démocratique de la Tunisie principalement en renforçant ses forces armées, qui ont bénéficié d’une assistance sécuritaire croissante de 2014 à 2017. La Tunisie reçoit désormais la plus grande aide militaire américaine dans la région, à l’exception de l’Egypte.

La présence militaire américaine est continue depuis février 2014, lorsque le Pentagone a déployé plusieurs dizaines d’opérations spéciales dans une base éloignée de l’ouest de la Tunisie. Des soldats tunisiens accompagnés de conseillers militaires américains ont au moins une fois découvert et observé un campement de militants établi à Kasserine, précise encore l’analyste. Dans les années qui ont suivi, la composante aérienne de l’Africom a fréquemment effectué des missions de renseignement, de surveillance et de reconnaissance à travers la Tunisie à partir de bases situées à Sigonella et à Pantelleria, en Italie. A la suite de l’attentat terroriste de mars 2015 au musée du Bardo à Tunis, les forces américaines ont fourni une assistance opérationnelle à une opération antiterroriste ciblant les principaux membres du groupe terroriste Oqba Ibn-Nafi dans la ville de Sidi Aich, à Gafsa.

Le partenariat américano-tunisien dans le domaine militaire et de la sécurité comporte de multiples facettes. Il s’agit du renforcement des capacités de défense, de la sécurité aux frontières et, comme on le souligne souvent, de la formation des forces de sécurité tunisiennes aux stratégies et tactiques de lutte contre le terrorisme. Cependant, les questions liées à l’éventuelle présence de bases américaines de drones opérant en Tunisie ont été une source de polémiques. La politique étrangère américaine est généralement impopulaire et les attitudes défavorables envers les Etats-Unis sont très répandues dans la société tunisienne. Par exemple, en 2012, des manifestants indignés par un court-métrage anti-islamique ont saccagé l’ambassade américaine et incendié une école américaine voisine dans la capitale de Tunis. Plus récemment, la décision américaine de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël a déclenché une vague de protestations à travers la Tunisie. La question de la présence militaire américaine a également suscité des controverses, faisant l’objet de débats houleux au sein du parlement tunisien. A de nombreuses reprises, le président Béji Caïd Essebsi et le Premier ministre Youssef Chahed ont fait l’objet de pressions sur la question du maintien de la souveraineté nationale. En outre, la révélation des affrontements à Kasserine il y a dix-huit mois témoigne d’une implication plus profonde des Etats-Unis sur le terrain, ce qu’Africom et l’Etat tunisien ne semblent pas encore prêts à admettre publiquement. Les détails de la bataille de 2017 à Mont Semmama pourraient pourtant contribuer à une plus grande compréhension du public pour ce qui concerne les enjeux de l’expansion de l’action militaire américaine, secrète et ouverte sur le continent africain, où les Etats-Unis sont secrètement en guerre.

Héni Nsaibia est chercheur au sein de l’ACLED (Armed Conflict Location & Event Data Project). Il est également le fondateur de Menastream, un cabinet de conseil en analyse de risques sécuritaires.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer