L’Arabie Saoudite élue membre de la Commission des droits de la femme...

L’Arabie Saoudite élue membre de la Commission des droits de la femme aux Nations Unies

0
PARTAGER

Pour une période de 4 ans, de 2018 à 2022, l’Arabie Saoudite a été élu membre de la Commission des droits de la femme à l’ONU, une élection qui a surpris et incité des ONG internationales à l’instar de l’ONU Watch de protester.

En effet, ONU Watch, groupe défenseur des droits de l’homme, basé à Genève, a condamné l’élection de l’Arabie saoudite par l’ONU, le qualifiant du «régime le plus misogyne du monde». Ce dernier a été élu à un mandat de 2018-2022 sur sa Commission de la condition de la femme, l’agence des Nations Unies «exclusivement dédiée à la promotion de l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes « .

Hillel Neuer, directeur exécutif de l’ONU Watch a ouvert le feu sur cette élection la décrivant comme « absurde – et moralement répréhensible ».

Il a ajouté dans un tweet : « C’est une journée noire pour les droits des femmes et pour tous les droits de l’homme ».

«La discrimination saoudienne à l’égard des femmes est plutôt bien connue et systématique en droit et en pratique. Chaque femme saoudienne, a déclaré Neuer, doit avoir un gardien de sexe masculin qui prend toutes les décisions critiques en son nom, contrôlant la vie d’une femme depuis sa naissance jusqu’à la mort. L’Arabie saoudite interdit aux femmes de conduire des voitures. Pourquoi l’U.N. a-t-il choisi le principal promoteur mondial de l’inégalité entre les sexes pour siéger à sa commission de l’égalité des sexes? »

Les femmes saoudiennes se sentent trahies par l’ONU. « J’aimerais trouver les mots pour exprimer ce que je ressens bien. Je suis «saoudienne» et cette nomination est pareille à une trahison », a tweeté une femme saoudienne autodidacte qui poursuit un doctorat en droit international des droits de l’homme en Australie.

«Aujourd’hui, l’ONU a envoyé un message indiquant que les droits des femmes peuvent être vendus pour les pétrodollars et la politique », a annoncé Neuer, «et il a laissé tomber des millions de victimes de sexe féminin dans le monde entier qui se tournent vers le corps mondial pour la protection ».

La monarchie saoudienne est aujourd’hui l’un des 45 pays qui, selon les Nations Unies, joueront un rôle déterminant dans la promotion des droits des femmes, la documentation de la réalité de la vie des femmes dans le monde entier et l’élaboration de normes mondiales sur l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.

L’Arabie saoudite a été élue par scrutin secret la semaine dernière du Conseil économique et social de 54 nations de l’U.N. (ECOSOC). Habituellement, les nominations aux sont organisées à huis clos, mais cette fois, les États-Unis ont forcé une élection.
De ce fait, l’Arabie saoudite n’a pas été élue par acclamation, à l’instar de l’Iran en 2014, mais le royaume a reçu le moins de voix comparé aux autres pays: 47 sur 54 votes. A noter qu’il n’y avait pas de concurrence étant donné le nombre des sièges disponibles.

Ci-dessous les résultats des élections, par groupes selon les régions et les 54 membres de l’ECOSOC:

Etats africains
Algérie: 54
Comores: 53
Congo: 53
Ghana: 53
Kenya: 53

États d’Asie et du Pacifique
Irak: 54
Japon: 53
République de Corée: 54
Arabie Saoudite: 47
Turkménistan: 53

États d’Amérique latine
Equateur: 54
Haïti: 54
Nicaragua: 52

Au moins 15 des États membres du Conseil économique et social de l’U ont voté pour élire l’Arabie saoudite à la Commission des droits des femmes de l’U.N. Le scrutin étant secret, on sait en moins qu’ils sont dans la liste ci-dessous :

Andorre
Argentine
Australie
La Belgique
Brésil
Chili
Colombie
République Tchèque
Estonie
France
Allemagne
Inde
Irlande
Italie
Japon
Norvège
République de Corée
Afrique du Sud
Espagne
Suède
Royaume-Uni
Etats-Unis

N.B

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire