Le Canada

Le Canada réagit à l’expulsion de son ambassadeur par l’Arabie saoudite

Il a fallu que le Canada fasse part de son inquiétude face au sort de deux militantes des droits des femmes emprisonnées en Arabie saoudite, dont la sœur du blogueur Raef al-Badaoui, pour que le royaume wahhabite lui oppose une réplique cinglante, en renvoyant l’ambassadeur du Canada, Dennis Horak, et en gelant ses relations économiques avec Ottawa. Les autorités canadiennes n’ont pas manqué de réagir à ce début de conflit diplomatique annoncé. Le Canada avait en effet plaidé la cause des militantes pour les droits des femmes, appelant avec insistance à leur libération. Il se dit inquiet de ces informations de presse. La réaction du Premier ministre Justin Trudeau est elle encore attendue.

« Nous sommes sérieusement inquiets de ces informations de presse et nous cherchons à en savoir plus sur la récente déclaration du royaume d’Arabie saoudite, a ainsi affirmé Marie-Pier Baril, porte-parole du ministère canadien des Affaires étrangères dans un communiqué. Le Canada défendra toujours la protection des droits humains, notamment des droits des femmes et de la liberté d’expression partout dans le monde. » Le communiqué affirme également que « le Canada continuera de défendre les droits de la personne ainsi que les femmes et les hommes courageux qui revendiquent ces droits fondamentaux partout dans le monde ».

Les relations entre les deux pays se sont tendues depuis que la femme de Raef al-Badaoui s’est réfugiée au Québec avec ses enfants et y mène une campagne de sensibilisation en vue de la libération de son mari. Mis en prison en 2012, le militant avait été condamné à 10 ans de prison et de plus de 1000 coups de fouet.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer