Défense

Le commandant de l’AFRICOM rencontre des responsables tunisiens de la Défense

Le commandant américain en chef en Afrique a rencontré la semaine dernière à Tunis les chefs tunisiens de la Défense pour discuter des problèmes de sécurité dans la région et des possibilités de renforcement des partenariats existants.

Le général Thomas D. Waldhauser, commandant de l’US Marine Command, et l’ambassadeur des Etats-Unis en Tunisie, Donald Blome, se sont entretenus avec le ministre tunisien de la Défense et des chefs de service de ce département au sujet du rôle de l’AFRICOM dans la région. A l’occasion de cette rencontre, M. Waldhauser a déclaré que la Tunisie était « un partenaire fort et précieux » et qu’elle participait « activement aux exercices militaires multinationaux et aux missions de transport aérien AFRICOM ». Elle partage « notre engagement à réduire l’influence des organisations extrémistes violentes dans la région », a-t-il également souligné.

Il a également souligné que la création d’un environnement sécurisé propice au développement économique, le maintien des opérations contre les organisations extrémistes violentes et la résolution des problèmes de sécurité actuels restent des domaines prioritaires.

Renforcer le partage d’expériences

Plus tôt dans la semaine, M. Blome a également rencontré le ministre tunisien des Affaires étrangères, Khemaies Jhinaoui, qui a souligné l’importance de renforcer la consultation et le partage d’expériences entre les deux pays. « Outre le soutien à la création d’emplois et aux exportations, les Etats-Unis fournissent une assistance en matière de sécurité afin d’aider l’armée et la police tunisiennes à lutter contre le terrorisme et à promouvoir la réforme du secteur de la sécurité », a déclaré de son côté M. Blome, cité par le site africain spécialisé dans la défense et la sécurité, DefenceWeb. « La Tunisie a parcouru un long chemin pour assurer la sécurité de ses citoyens, et les Etats-Unis resteront un partenaire inébranlable dans cette entreprise », a-t-il encore affirmé.

Lors de la rencontre, M. Waldhauser a expliqué que l’AFRICOM renforcera les partenariats et les programmes en Afrique, saluant la façon dont la Tunisie « continue de rechercher des moyens de nouer des partenariats avec les Etats-Unis » en dirigeant notamment des exercices liés à la sécurité et en menant des opérations. « Les Tunisiens renforcent activement la sécurité régionale tout en créant la stabilité nécessaire au développement économique », a encore déclaré M. Waldhauser.

DefenceWeb rappelle à cet égard que la Tunisie participe à des exercices tels que African Lion, Flintlock et Phoenix Express. En 2018 et 2019, la Tunisie a accueilli une partie de l’exercice African Lion, qui a été conçu pour améliorer la tactique, les techniques et les procédures de lutte contre les groupes extrémistes. En avril 2019, la Tunisie a accueilli une partie de l’exercice de sécurité maritime Phoenix Express et en fera de même l’année prochaine, indique DefenceWeb.

Progrès significatifs

En Afrique du Nord, le commandement américain pour l’Afrique AFRICOM a constaté des progrès significatifs et une volonté d’interaction continue et de partenariat durable, a dit Waldhauser. Ce partenariat a été présenté du 29 avril au 3 mai à Cheyenne, dans le Wyoming, et à Washington DC lors de la Commission militaire mixte annuelle américano-tunisienne, un engagement bilatéral stratégique. La Garde nationale du Wyoming est associée à la Tunisie dans le cadre du partenariat avec la Garde nationale.

Ce programme du ministère de la Défense met en relation la garde nationale d’un Etat avec les forces armées d’un pays partenaire dans le cadre d’une relation de coopération mutuellement bénéfique. Dans ce domaine, la relation entre le Wyoming et la Tunisie est l’un des partenariats les plus anciens de l’histoire du programme en Afrique.

Le ministre tunisien de la Défense, Abdelkrim Zbidi, a lui aussi salué le niveau de coopération entre les Etats-Unis et la Tunisie. Il a notamment mentionné la formation accrue, le soutien en équipement contre les menaces non conventionnelles et le système de sécurité électronique aux frontières soutenu par les Etats-Unis et l’Allemagne, qui sont autant de moyens de renforcer la sécurité dans la région.

Evoquant les récents combats meurtriers et l’instabilité qui règnent en Libye, Waldhauser a affirmé que l’actuel climat de menace dans la région nécessitera des solutions présentant une combinaison d’efforts diplomatiques et internationaux. Soulignant les efforts de la Tunisie, il a rappelé que ce pays a réussi à neutraliser des affiliés du groupe Etat islamique (EI) et d’AQMI (al-Qaïda dans le Maghreb islamique) et qu’il s’emploie activement à empêcher ces groupes d’entrer sur son territoire. « Dans le même temps, la Tunisie a également affiché un renforcement des capacités en matière de transport aérien et une capacité à répondre aux besoins de mobilité rapide », a-t-il encore expliqué.

N.B., avec DefenceWeb

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer