Via Getty Images

Le HCR prend des mesures pour endiguer le coronavirus auprès des réfugiés (HCR)

Le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé que des mesures sanitaires de sécurité avaient été prises pour prévenir la propagation du coronavirus au sein des centres d’hébergement pour les réfugiés et demandeurs d’asile en Tunisie. Ces derniers se trouvent dans une situation de dénuement face à la progression de la pandémie.

La grande majorité des ressortissants subsahariens installés en Tunisie vivent dans la précarité des petits boulots journaliers ne procurant pas suffisamment de revenus. Comme le fait remarquer Jeune Afrique, les migrants en situation de précarité « souffrent également d’un déficit d’informations ». Dans ce contexte, des produits et équipements sanitaires ont été fournis dans les lieux où les réfugiés ont été hébergés, en particulier à Médenine et Zarzis, afin de soutenir les efforts gouvernementaux visant à prendre en charge les réfugiés, a indiqué un communiqué publié conjointement par le bureau du HCR à Tunis et l’Institut arabe des droits de l’homme, le Conseil tunisien des réfugiés et l’Association tunisienne de gestion et stabilité sociale.

بيان تضامني مع اللاجئين وطالبي اللجوء يصدر مكتب المفوضية السامية للأمم المتحدة لشؤون اللاجئين بتونس وشركائه وهم المعهد…

Publiée par Conseil Tunisien pour les Réfugiés – CTR sur Mercredi 25 mars 2020

Des opérations de désinfection et de nettoyage dans les centres d’hébergement ont ainsi été lancées avec la contribution des réfugiés eux-mêmes, indique encore le communiqué. Surtout, des campagnes de sensibilisation sont en train d’être mises en place à la faveur de publication de documents et de brochures visant à apporter des informations sur les méthodes de prévention et les règles d’hygiène à respecter. La campagne de sensibilisation a également pris la forme d’envoi de SMS et de publication de vidéos sur les pages de l’Institut arabe des droits de l’homme en trois langues (arabe, français et anglais). Le communiqué assure aussi que des médecins seraient disponibles dans tous les centres d’hébergement pour réfugiés pendant quatre heures par jour pour fournir des soins et éclairer les réfugiés sur les mesures sanitaires à prendre. Par ailleurs, trois locaux stérilisés abriteront les cas soumis à l’isolement, en coopération avec les autorités sanitaires tunisiennes.

Dans un entretien à al-Araby, le président du Conseil tunisien pour les réfugiés a pour sa part déclaré que les camps de réfugiés du sud de la Tunisie fournissaient de bons services à leurs occupants pendant cette période et cherchent à les encadrer sainement pour les protéger des possibilités de transmission de l’infection au nouveau coronavirus. Il a ainsi assuré au journal britannique arabophone que le conseil fournissait des « services à 320 réfugiés et demandeurs d’asile, dont la plupart sont de nationalités africaines ». Il a également indiqué qu’en plus de fournir des outils de stérilisation et de nettoyage, le centre distribuait également des repas aux réfugiés.

L’ensemble des organismes en charge des réfugiés appelle ainsi au « développement de relations de coopération entre les organisations nationales, internationales et régionales et les institutions gouvernementales pour garantir que les réfugiés et les demandeurs d’asile aient accès aux services de santé et de prévention ».

Appel à la solidarité

Pour autant, la situation reste alarmante. Moez Bouraoui, maire de la Marsa, en est ainsi venu à appeler à la solidarité avec les Subsahariens. « A cause des mesures de confinement, et malgré l’aide que leur apportent les ONG sur le terrain, ils sont dans la précarité et le dénuement », a-t-il averti, cité par Jeune Afrique. La situation « exceptionnelle » que le Covid-19 a occasionnée « exige des actions et des moyens renforcés. Isolés, sans ressources et sans possibilité d’accès à la santé, les Subsahariens ont besoin de denrées de première nécessité, de soins, de prévention et d’écoute ».

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer