Maghreb

« Le Maghreb sur la route des Oscars », titre Le Point

Trois pays du Maghreb, la Tunisie, le Maroc et l’Algérie, ont déjà choisi leur film-candidat pour partir à la conquête de l’Oscar du meilleur film étranger. « Le signe d’une bonne santé du 7e art dans le monde arabe ? », se demande Benoît Delmas, correspondant du Point à Tunis.

Le journaliste français rappelle que depuis la création de la catégorie du meilleur film en langue étrangère en 1956, les candidatures issues du cinéma du monde arabe à l’Académie des Oscars ont été nombreuses. Mais les nominations, elles, ont été rares. Et une seule récompense a été jusqu’ici décrochée : celle donnée en 1970 à l’Algérie avec le film Z de Costa-Gavras, qui a connu un immense succès public et critique.

Pour la 91e cérémonie des Oscars qui se tiendra à Los Angeles le 24 février prochain, les pays étrangers souhaitant briguer la statuette du meilleur film étranger ont jusqu’à fin septembre pour proposer le film phare qui leur paraît le plus méritoire. Ensuite, une commission devra établir une ‘short list’ composée de neuf films. Le groupe de tous les votants élira ensuite les cinq finalistes puis le grand gagnant.

« Cette année, trois pays du Maghreb ont décidé d’envoyer un potentiel lauréat. Au total, près de quatre-vingts pays candidatent à cette cérémonie suivie par un milliard de téléspectateurs. Les retombées sont importantes en termes d’image et pour l’industrie du pays. A part l’Algérie, Oscar du meilleur film étranger pour Z de Costa-Gavras, aucun pays du Maghreb n’a emporté la statuette depuis cinquante ans », rappelle le correspondant du Point.

Tunisie : La Belle et la Meute de Kaouther Ben Hania

Présenté en sélection officielle du Festival de Cannes 2017, dans la section Un Certain regard, ce film tunisien a connu, après sa sortie en salles en France, un succès notable. « Son passage par la Croisette lui a permis d’être vu par la communauté internationale du cinéma, Américains inclus », explique M. Delmas. Le film relate l’histoire de Maryam, violée par des policiers et se trouvant un soir de fête qui a mal tourné dans une immense difficulté : celle de devoir s’affronter à l’indifférence kafkaïenne de l’administration et à la misogynie déconcertante des agents de l’Etat. Benoît Delmas estime qu’il s’agit là d’un « candidat sérieux pour la ‘short list’ » et rappelle que « c’est la cinquième fois que la Tunisie envoie un candidat » mais que jusque-là, « aucun d’entre eux n’a jamais été retenu ».

Maroc : Burnout de Nour Eddine Lakhmari

C’est un film qui présente un récit de rencontres inattendues entre des personnes issues de milieux radicalement différents et qui se concentre sur le sacrifice et le courage de gens ordinaires confrontés à des situations extraordinaires où les disparités sociales et économiques exacerbent leur détresse. « Burnout n’a pas connu le retentissement international de ‘Casanegra’ », précédent film de Nourd Eddine Lakhmari, nuance Benoît Delmas, qui rappelle que c’est la quatorzième fois que le Maroc envoie un film candidater à l’Oscar du meilleur film étranger. Aucun n’a été retenu jusque-là.

Algérie : Jusqu’à la fin des temps de Yasmine Chouikh

Fille de deux cinéastes, Yasmine Chouikh représentera l’Algérie cette année avec « Jusqu’à la fin des temps », un long-métrage qui raconte l’histoire de Joher, une sexagénaire qui part en bus se recueillir sur la tombe de sa sœur avant de décider d’organiser à l’avance ses propres funérailles avec le fossoyeur et gardien du cimetière, Ali. C’est la vingtième fois que l’Algérie mandate un de ses réalisateurs pour décrocher l’Oscar du meilleur film étranger.

Un film libanais d’ores et déjà favori ?

Benoît Delmas estime toutefois que c’est un film libanais, Capharnaüm de Nadine Labaki, prix du jury au Festival de Cannes, qui pourrait être favori et ainsi valoir son second Oscar au pays du Cèdre. « Son sujet – un enfant porte plainte contre ses parents, leur reprochant de lui avoir donné la vie dans la misère –, ainsi que son approche cinématographique très mélo en font un favori de la prochaine cérémonie. L’Insulte de Ziad Doueiri a emporté l’hiver dernier l’Oscar du film étranger. Le Liban pourrait faire coup double », spécule le journaliste.

Celui-ci rappelle également que l’impact que peut produire l’obtention d’un Oscar n’a rien d’anodin. En plus d’offrir à son réalisateur des facilités pour son film suivant, ce type de récompenses surmédiatisées permet au pays du réalisateur de faire valoir son industrie cinématographique, mais également ses « capacités de tournage sur son sol ». Mais M. Delmas rappelle « la plus grande difficulté des films du Maghreb est d’être vus dans leur propre pays ». Manque cruel de salles de cinéma et de distributeurs, absence de politique culturelle et d’investissements de l’Etat… Toutes ces lacunes font fleurir le piratage et laissent l’industrie cinématographique maghrébine dans un état de balbutiement permanent, même si les choses commencent à bouger avec les nouveaux moyens de tournage et les approches ambitieuses des jeunes cinéastes qui arrivent, avec peu de moyens, à proposer de très belles réalisations. Mais peut-être qu’un début de reconnaissance de nos films par des festivals internationaux de renom pourra encore plus faire évoluer le cinéma maghrébin. « Réponse le 24 février 2019 », répond Benoît Delmas.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer