Le PDL dément avoir été écarté des consultations d’Ennahdha

Le Parti destourien libre dément « fermement » avoir été écarté de discussions menées par Ennahdha pour former le prochaine gouvernement.

Selon les déclarations de certains dirigeants d’Ennahdha selon lesquelles le Parti destourien libre (PDL) avait dû être écarté des consultations pour former un gouvernement, le parti d’Abir Moussi assure dans un communiqué publié ce matin qu’il dément fortement ces affirmations.

Les « faussetés » contenues dans ces déclarations visent à « désinformer l’opinion publique », soutient le PDL. Les tentatives des « Frères musulmans », comme aiment les responsables du PDL à désigner Ennahdha, visent à tromper l’opinion en affirmant avoir « choisi » d’exclure le Parti destourien libre du cercle de négociations sur la formation du prochain gouvernement, lit-on dans le communiqué.

بيـــــــــــــانتبعا لما صدر عن بعض قيادات حركة الإخوان من تصريحات مفادها استثناء الحزب الدستوري الحر من مشاورات…

Publiée par ‎الحزب الدستوري الحر الصفحة الرسمية Parti Destourien Libre PDL‎ sur Jeudi 17 octobre 2019

Chacun sait que le Parti destourien libre « refuse catégoriquement et par principe tout contact, toute négociation ou tout rapprochement, quelle qu’en soit la forme, avec ce mouvement », martèle le parti d’Abir Moussi. Le mouvement d’Ennahdha « est organiquement associé à des organisations et des individus liés à des crimes terroristes commis partout dans le monde ». « Notre position a déjà été affichée et proclamée dans toutes les déclarations du parti destourien et les celles de ses dirigeants, avant et après les élections », indique encore le communiqué.

Par ailleurs, le PDL « tient à rappeler » à l’opinion publique que la commission juridique du parti a déjà déposé plusieurs plaintes contre les « Frères musulmans », dont la dernière a été enregistrée le 16 mai 2018. Des plaintes relatives aux suspicions pesant sur Ennahdha d’être impliqué dans des opérations de recrutement de jeunes Tunisiens visant à les envoyer au Jihad dans des foyers de tension. Le PDL s’engage à poursuivre « la lutte » pour faire la lumière sur ces faits et « ouvrir les dossiers des assassinats politiques et des massacres de soldats qui ont eu lieu sous le pouvoir de la Troïka et au-delà ».

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer