Le Président Macron et les Présidents de l’Afrique de l’Ouest lancent une...

Le Président Macron et les Présidents de l’Afrique de l’Ouest lancent une force multinationale commune contre les terroristes dans la région du Sahel

0
PARTAGER

Le Président français Emmanuel Macron a déclaré lors du récent sommet régional de Bamako le lancement d’une force multinationale commune avec les pays de l’ouest de l’Afrique dans le but d’éradiquer les terroristes dans la région du Sahel. Cette force sera selon Macron pleinement opérationnelle d’ici l’automne et cela, malgré des difficultés budgétaires importantes.
En plus de cette initiative du bloc du Sahel G5 (Mali, Mauritanie, Burkina Faso, Niger et Tchad), le président français s’est engagé à garder les 4000 soldats déployés dans la région.

A rappeler qu’en 2012, les terroristes affilés à Al-Qaïda ont pris le contrôle d’une grande partie du nord de Mali, où ils ont commis plusieurs crimes contre l’humanité. Bien qu’ils aient été repoussés un an plus tard suite à l’intervention militaire dirigée par les français, ils continuent à mener des attaques contre les soldats de la paix de l’ONU., les soldats maliens et des cibles civiles.
« Chaque jour, nous devons lutter contre les terroristes, les voyous, les meurtriers, dont nous devons oublier les noms et les visages, mais contre qui nous devons résister avec détermination et éradiquer ensemble », a déclaré Macron au sommet de la capitale du Mali, Bamako.
Au cours de la réunion, les dirigeants des pays du Sahel du G5 ont officiellement créé la nouvelle force, qui fonctionnera en coordination avec les troupes françaises et MINUSMA, la mission de maintien de la paix de l’ONU. au Mali.

De son coté, le président du Mali, Ibrahim Boubacar Keita a affirmé : « Il y a de l’urgence parce que ceux auxquels nous sommes confrontés ne vont pas attendre… Il est également clair que la France seule ne doit pas continuer à supporter le fardeau de cette lutte contre le terrorisme ».

Selon Reuters, la force en question serait composée de 5000 soldats et elle devrait établir son Quartier Général Militaire à Sevare dans le nord du Mali. Sa mission est de se concentrer sur l’éradication des terroristes dans les zones frontalières entre le Niger et le Mali, le Mali et la Mauritanie, et enfin le Burkina Faso, le Niger et le Mali. Le terrorisme, au-delà de la sécurité des frontières, menace l’économie de ces pays et s’appuie sur des trafiquants dangereux pour l’Ouest Africain et pour l’Europe.
Récemment, le groupe terroriste JNIM opérant dans la région a publié une vidéo montrant six otages occidentaux, dont la citoyenne française Sophie Pétronin, prouvant de nouveau l’étendue de la menace.

Toutefois, cette force multinationale fait face à deux problèmes majeurs : Un premier problème est lié au budget qui devrait être selon le président Keita aux alentours de 423 millions d’euros. Cependant, l’UE ne financera la force qu’au niveau de 50 millions d’euros, la France au niveau de 8 millions et les cinq pays africains de 10 millions chacun. Le second problème est lié aux autres engagements militaires des pays participants. A titre d’exemple, le Tchad, le Burkina Faso et le Niger ont déployé environ 4 100 soldats dans le MINUSMA. Le Niger et le Tchad participent également à une force régionale similaire qui lutte contre les militants de Boko Haram au Nigéria.

N.B

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire