Le projet de réajustement budgétaire sera présenté à l’ARP avant fin juin

« Le gouvernement travaille actuellement à réajuster le budget de l’Etat pour l’année 2020 et à mettre en œuvre un plan de relance économique », a déclaré dans une allocation tenue mercredi soir le Premier ministre Elyes Fakhfakh.

Dans un discours télévisé très attendu diffusé sur la chaîne Watania 1, le chef du gouvernement tunisien a précisé que le réajustement budgétaire en question sera présenté au Parlement avant fin juin. Il a également indiqué qu’un recul de sept points du taux de croissance par rapport à ce qui était prévu dans le budget actuel avait été constaté, en raison de l’impact de la crise sanitaire liée à l’épidémie de Covid-19. « Cette baisse aura un effet considérable sur les soldes budgétaires », a-t-il dit. Il a souligné que son gouvernement « n’empruntera pas le chemin de la dette », celle-ci ayant atteint un niveau « alarmant ». Le gouvernement s’appuiera ainsi sur la mobilisation de ses propres ressources, tout en menant une politique de maîtrise des dépenses.

Retour progressif à la normale

Fakhfakh a indiqué que les priorités du plan de relance économique développé par son gouvernement seraient axées sur la résolution des « problèmes en suspens » entravant le tissu économique et le retour à une activité normale, notamment dans le bassin minier et les champs pétroliers. Une politique ciblée se focalisera sur les faiblesses considérables de l’économie tunisienne que la pandémie inédite a achevé de mettre au grand jour : ainsi la sauvegarde des emplois, la lutte contre l’emploi précaire, les insuffisances du système de santé, la relance des secteurs économiques les plus touchés par la pandémie, la préservation du tissu économique, en particulier celui des PME, fortement touché par la crise, feront l’objet de mesures qui restent à définir. Il a assuré que la lutte contre la corruption figurait également parmi les priorités du gouvernement : celle-ci « ne doit plus faire l’objet de slogans inconsistants », a-t-il affirmé. La question de la lutte contre la corruption « doit être prise à bras le corps » et assurée par la mise en oeuvre d’un plan d’actions « formellement défini », a-t-il ajouté.

Concernant le plan stratégique quinquennal élaboré par son gouvernement pour la période 2021-2025, Elyes Fakhfakh a assuré qu’il sera présenté dans un délai n’excédant pas début 2021. « Notre ambition est que ce plan marque un véritable tournant dans notre politique de développement » afin qu’un « nouveau pacte économique et social » puisse voir le jour en Tunisie, a-t-il déclaré.

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer