Législatives : l’ISIE dénombre 1592 irrégularités

Le Conseil de l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) a tenu une longue réunion mardi pour examiner les rapports sur les irrégularités liées aux élections législatives. Pas moins de 1592 infractions ont été constatées.

Ces rapports proviennent des structures de surveillance et d’observation issues de l’ISIE et de la Haute autorité indépendante de la communication audiovisuelle (HAICA), qui ont enregistré non moins de 1592 infractions, dont 238 infractions considérées comme « graves » par les observateurs. Un constat qui intervient peu avant l’annonce des résultats préliminaires complets, prévue aujourd’hui mercredi 9 octobre à 19h, comme l’a appris l’agence TAP mercredi soir auprès d’Adel Brinsi, membre de l’ISIE.

L’instance de gestion des élections a terminé le décompte des votes et le nombre de sièges issus des listes en lice dans chacune des 33 circonscriptions, statistiques affichées sur les écrans du centre de presse de l’ISIE du Palais des congrès, dans l’attente de l’annonce des résultats à une conférence de presse prévue mercredi à 19h, a déclaré Adel Brinsi.

Il a indiqué que 118 infractions au total avaient été soumises au parquet, ajoutant que le Conseil de l’ISIE envisageait la possibilité d’annuler des votes ou des sièges pour certaines listes, en cas de preuve convaincante d’infractions graves, telles que la violation du silence électoral, l’achat de voix ou encore des opérations d’influence sur les électeurs. Dans de pareils cas, un recomptage devra être ordonné dans les circonscriptions concernées.

Le membre de la Commission électorale a en revanche exclu la possibilité que les ajustements affectent l’ordre des listes primées, même en cas d’annulation de votes. Les premiers résultats partiels placent Ennahdha en tête, suivi de Qalb Tounes et de la coalition al-Karama, le parti de Seifeddine Makhlouf.

Forte abstention des jeunes et des femmes

Les élections législatives de dimanche dernier ont été marquées par une forte abstention des jeunes, l’électeur ayant en moyenne, selon les sondages, plus de 45 ans. Seuls 9% des électeurs avaient ainsi entre 18 et 25 ans. « Une abstention préoccupante, qui confine au boycott », estime Le Courrier de l’Atlas. Les femmes n’ont, elles, constitué que le tiers de l’électorat du scrutin. En effet, 64 % des électeurs étaient des hommes, selon L’ISIE. Probablement en cause : la très grande majorité des têtes de liste sont des hommes en 2019 comme en 2014, année où seuls 49 des 217 sièges ont été occupés par des femmes, poursuit Le Courrier de l’Atlas. Cette faible présence des femmes devrait s’aggraver en 2019 puisque selon les premières estimations, elles n’occuperaient que 10% du futur parlement.

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer