autorités égyptiennes
Photograph: Khaled Elfiqi/EPA

L’Égypte restreint la vente de gilets jaunes par prévention…

«Les autorités égyptiennes ont restreint la vente de gilets jaunes réfléchissants par crainte que les opposants ne tentent de copier les manifestants français lors du prochain anniversaire du soulèvement de 2011, qui avait amené au renversement du régime Hosni Moubarak » peut-on lire dans une publication de la version électronique du journal The Guardian datant du 11 décembre 2018.

Les responsables de la sécurité et les détaillants ont déclaré que les revendeurs d’équipements de sécurité industrielle avaient reçu pour instruction de ne pas vendre de gilets jaunes aux acheteurs occasionnels et de restreindre les activités à la vente en gros à des sociétés vérifiées, uniquement après avoir obtenu l’autorisation de la police.

«Les autorités ont prévenu que les contrevenants seraient punis», ont précisé des responsables sans donner de précisions.
Six détaillants du centre-ville du Caire, où se concentrent les magasins de sécurité industrielle, ont déclaré qu’ils ne vendaient plus de gilets jaunes. Deux ont refusé de les vendre, sans donner d’explication, mais les quatre autres ont déclaré que la police «leur avait interdit de le faire».

Des responsables de la sécurité ont par ailleurs déclaré que les restrictions resteraient en vigueur jusqu’à la fin janvier et que les importateurs de produits de sécurité industrielle et les grossistes avaient été convoqués à une réunion avec de hauts responsables de la police au Caire cette semaine.

Cette décision prouve les craintes du gouvernement contre un éventuel soulèvement populaire.
Les autorités égyptiennes ont sévèrement réprimé toute tentative de manifestation, ces deux dernières années, déployant des policiers et des soldats dans tout le pays pour empêcher les marches de commémoration du 25 janvier du début du soulèvement de 2011. Des dizaines de personnes avaient été tuées et blessées lors d’affrontements à des anniversaires précédents.

Les gilets jaunes portés par les manifestants français sont devenus le symbole de la vague de manifestations initiée en novembre, pour lutter contre la hausse des taxes sur les carburants.

S.N

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer