Les autorités britanniques enquêtent sur un prédicateur extrémiste lié à l’attentat de...

Les autorités britanniques enquêtent sur un prédicateur extrémiste lié à l’attentat de Sousse et prétendant l’invalidité

0
PARTAGER

Le journal anglais Daily Mail a récemment dénoncé un prédicateur islamiste pour avoir prétendu souffrir d’handicap permanant et solliciter à cet effet d’énormes allocations de l’Etat.
Les enquêteurs soumettent actuellement le fraudeur du nom de Hani al-Sibai à des interrogatoires tout en menant des recherches sur lui. Par ailleurs, dès qu’il a été suspecté (à cause de photos de lui le montrant en parfaite santé), ses allocations nombreuses ont été coupées. Aussi, Al Sibai fait face à des accusations plus graves liées au terrorisme, on le soupçonne d’avoir participé activement à la radicalisation d’un certain John, un tristement célèbre bourreau de Daech.
Sur certaines photos, on voit le prédicateur garer sa voiture Toyota Corolla Verso, qui coûtée environs 17 000 livres sterling (soit l’équivalent de près de 48 000 dinars tunisiens) devant sa maison, qu’il occupe lui et sa femme dans le cadre d’une aide sociale au logement, les deux recevant des allocations de plus de 48 000 livres sterling par an (près de 136 000 dinars).
Fait remarquable, le prédicateur recevait toute sorte d’aides sociales : une pour invalidité, une pour l’emploi et le soutien, un soutien de revenu, plusieurs allocations familiales en plus du logement et des privilèges fiscaux.
Dans ce contexte, le porte-parole du ministère du Travail et des Pensions a déclaré : « chaque cas de fraude est traité sérieusement, nous prenons en considération toutes les allégations concernant chaque affaire, mais nous ne faisons pas des commentaires sur des cas en particulier ».
A propos des autres accusations liées au terrorisme, al-Sibai nie être un membre d’Ansar al-Sharia. En 2005, il aurait célébré les attentats de Londres, il nie les faits en expliquant qu’à l’époque, il considérait simplement l’attentat comme « une grande victoire pour Al-Qaïda ». L’homme continue dans ses négations en affirmant n’avoir jamais soutenu l’EI, encore moins rencontrer certains de ses leaders.
Son avocat fait finalement savoir : « al-Sibai demande à ce que toute personne impliquée dans le meurtre d’innocents soit condamnée partout dans le monde, y compris en Tunisie ».
N.B

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire