Les diplomates à la retraite : Ont-ils encore un rôle à jouer?...

Les diplomates à la retraite : Ont-ils encore un rôle à jouer? Témoignage de Raouf Saïd, ancien ambassadeur

1
PARTAGER

Du temps du Mouvement des Non-alignés qui comptait, à l’époque de la guerre froide, pas moins de 120 états-membres actifs, il m’avait été donné de représenter la Tunisie à une réunion plénière du Mouvement qui se tenait dans notre voisine Malte …

      Dans l’avion, je m’étais livré à de petits calculs…120 pays membres du M.N.A., donc 120 délégations… En moyenne donc près de 400 délégués à recevoir et à accueillir, à loger et à nourrir, à transporter, à réunir, et à faire travailler dans de bonnes conditions : Interprétation et traduction, rédaction de documents, secrétariat et autres commodités…Et La Valette, la capitale de notre petite île voisine  était–elle en situation d’accueillir et d’assister les différentes délégations et autres invités du M.N.A. ?

     L’Aspect financier et matériel, c’était relativement facile d’en venir à bout grâce, entre autres, à la mise en valeur des attraits touristiques et portuaires d’une île assumant avec intelligence sa «méditerranéité»…Mais l’aspect humain ? Où trouver le personnel, simples agents ou cadres, dans une Malte de 300.000 habitants et dont le Département de L’Education Nationale, à titre d’exemple,  compte en tout 30 fonctionnaires et les autres départements, probablement,  un peu moins…

     A la « Grande Commission mixte tuniso-maltaise », tenue auparavant à La Valette, le M.A.E. maltais avait dû, pour faire face à une délégation tunisienne prolifique, faire assoir  à la table des négociations, 2ou 3 agents subalternes, sans dossiers entre les mains ni prise de parole prévue ! !…

     *Où donc trouver le personnel pour accueillir et organiser la réunion des PNA ?…

     Laissez-moi affirmer d’abord, que la réunion des P.N.A. qui avait duré deux jours,  s’était tenue dans des conditions parfaites, tant au niveau de la plénière et des commissions qu’en ce qui concerne les activités sociales, dignes de la fameuse hospitalité méditerranéenne…

     La réponse m’avait été donnée par des homologues maltais : Outre les agents  des différents services, avaient été mobilisés tous les hauts fonctionnaires maltais à la retraite qui «tiennent encore debout »( !) et, en premier lieu, bien sûr, ceux des Affaires étrangères qui avaient pour mission de superviser l’ensemble de l’organisation…

     *Une autre expérience, dans un pays « encore plus voisin » :

     Dans les locaux du Ministère des Affaires Etrangères, une grande salle, une grande table de réunions et au dessus, journaux et revues…Un petit bureau dans le coin avec une secrétaire et le téléphone…De 10h à 13h, les jours ouvrables, les Ambassadeurs à la retraite, munis de leurs laissez-passer, peuvent s’y rendre à leur guise, à charge pour eux d’y recevoir les agents en service qui le demandent, pour consultations ainsi qu’ avis et conseils sur des dossiers en cours de traitement et que les retraités sont censés  connaître s’ils ne les ont pas, eux-mêmes, initiés…

       *Je rapporte ces éléments sans parti-pris, avec l’espoir que les uns ou les autres en tireront les conclusions qu’ils verront utiles…

       *Je me contenterai, toutefois, en ce qui concerne notre Tunisie, de faire état de ceci :

  • Avant le 14 janvier 2011 : toutes les tentatives pour se faire accorder le droit de créer une « Amicale des Diplomates » avaient reçu une fin de non-recevoir…Sans doute que les agents -qu’ils soient en service ou à la retraite- se devaient d’avoir des discussions «pyramidales» dans le cadre de propos transmis de haut en bas…Inutile donc qu’ils se livrent à des échanges horizontaux dans des cadres mouvants et, par définition, hasardeux …
  • Après le 14 janvier 2011 : *Le droit de créer un syndicat de base au M.A.E. a été accordé…Mais la nature même de l’action syndicale dans un ministère de Souveraineté ne semble pas avoir trouvé encore sa voie ni sa bonne expression pour être entendue…d’autant que la moindre étiquette collée à un agent peut influer grandement sur sa carrière ou, à tout le moins, sur son affectation à l’étranger…

                     * L’Association des Anciens Ambassadeurs et      Consuls Généraux, créée après 2011, dans le but, entre autres, de faire bénéficier les plus jeunes diplomates, de l’expérience acquise le long de toute une carrière, tant en ce qui concerne l’historique de nos relations avec les différents pays étrangers qu’en ce qui concerne les usages diplomatiques et la pratique de la négociation…Ses objectifs ne semblent pas encore avoir suffisamment  convaincu qui de droit !…

    Aux agents des ministères et institutions de l’Etat, en charge des relations extérieures, comme aux Organisations nationales et aux entreprises économiques et autres, ouvertes sur l’Etranger…A ceux-là , le bénéfice de l’expertise  acquise par  nos anciens diplomates, pour, entre autres, promouvoir la diplomatie parallèle,  manque également… 

     *Tant pis ? ! …Tant mieux ?!…Dommage ?…Aux uns et aux autres de se faire «  laïquement » leur religion  !…

                                                                          RAOUF SAÏD 

                                                                    Ancien Ambassadeur

                                                                              

 

 

                                                         

 

 

     

           

Commentaire

  1. L ambassadeur ou l agent diplomatique a la retraite peut etre utile au pays en initiant des actions de volontariat dans differentes actions sociales, civiques, educatives ou culturelles ….comme c est le cas dans d autres pays ou ces diplomates ont vecu pendant des annees (et c est valable pour tous les retraites et tous les domaines )
    reprendre du service…dans l action du ministere..peut porter ombrage a ceux qui sont en charge et creer des animosites nefastes pour l image du pays…
    ils peuvent par contre organiser des conferences ou semanaires sur les questions interessant les affaires etrangeres commerciales ou consulaires etc..servir dans les hopitaux,les maisons de culture
    les piscines les maisons pour handicapes, l environnement etc…il y tellement a faire pour notre pays;

    sans aucune remuneration..bien sur..
    et c est cet esprit qu il faut encourager..chez les retraites..
    et la societe l acceptera avec enthousiasme parceque ces retraites veulent servir et qu ils ne sont pas en train de chercher un revenu pour completer leur pension de retraite ou un billet d avion ou autre avantage …
    VOLONTAIRE POUR LA PATRIE
    et laissons les commissions mixtes pour ceux qui y sont membres ; les vrais volontaires n ont besoin ni de secretaires ni de telephone de service..ni d indemnisations…ils n attendent pas du ministere de decider du sort de leur association
    amicalement…

Laisser un Commentaire