Israël a établi plus de 100 colonies juives en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est. Photo : AFP

Les Etats-Unis ne considèrent plus les colonies israéliennes contraires au droit international

« Après avoir examiné soigneusement tous les arguments de ce débat juridique, (nous concluons que) l’établissement de colonies de civils israéliens en Cisjordanie n’est pas en soi contraire au droit international », a dit Mike Pompeo. Cette décision pourrait être interprétée comme un coup de pouce au Premier ministre israélien sortant Benjamin Netanyahou, qui a proposé d’annexer une partie des colonies de la Cisjordanie occupée.

Le secrétaire d’Etat américain Mike Pompeo a annoncé lundi que les Etats-Unis assouplissaient leur position à propos des colonies de peuplement israéliennes en Cisjordanie occupée. Un annonce qui sonne comme la « dernière d’une série de mesures de l’administration Trump visant à inverser des décennies de politique américaine », commente al-Jazeera.

L’Autorité palestinienne a dénoncé la position des Etats-Unis. Washington n’est « pas qualifié ou autorisé à annuler des dispositions de droit international et n’a pas le droit de légaliser des colonies israéliennes », a déclaré dans un communiqué le porte-parole de la présidence palestinienne, Nabil Abou Roudeina.

Sans surprise en revanche, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a salué lundi la position des Etats-Unis. Cette décision « est le reflet d’une vérité historique – que les juifs ne sont pas des colonisateurs étrangers en Judée-Samarie (ndlr : nom biblique utilisé en Israël pour désigner la Cisjordanie occupée). En fait, nous sommes appelés juifs car nous sommes le peuple de Judée », a-t-il déclaré sur son compte Twitter.

L’UE condamne la colonisation israélienne

L’Union européenne s’est de son côté démarquée de Washington, réaffirmant sa condamnation de la politique de colonisation israélienne. « La position de l’Union européenne sur la politique de colonisation israélienne dans le territoire palestinien occupé est claire et reste inchangée : toute activité de colonisation est illégale au regard du droit international et compromet la viabilité de la solution à deux Etats et les perspectives d’une paix durable, comme le réaffirme la résolution 2334 du Conseil de sécurité des Nations unies », a déclaré la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini dans un communiqué à Bruxelles.

« L’UE demande à Israël de mettre fin à toute activité de colonisation, conformément à ses obligations en tant que puissance occupante, a-t-elle ajouté. L’UE continuera de soutenir la reprise d’un processus constructif en vue d’une solution négociée prévoyant deux Etats, seul moyen réaliste et viable de réaliser les aspirations légitimes des deux parties. »

Extrait de la déclaration de Mike Pomeo, le 18/11/2019

« L’administration Trump est en train de renverser l’approche de l’administration Obama à l’égard des colonies israéliennes. Les déclarations publiques des Etats-Unis sur les activités de colonisation en Cisjordanie sont incohérentes depuis des décennies. »

« Nous n’abordons ni ne préjugeons du statut final de la Cisjordanie. C’est aux Israéliens et aux Palestiniens de négocier. Le droit international ne contraint pas à un résultat particulier et ne crée aucun obstacle juridique à un règlement négocié. »

Avec cette décision, l’administration Trump a également rompu avec une résolution des Nations unies datant des derniers jours du gouvernement Obama dans laquelle les Etats-Unis ont autorisé une condamnation d’Israël et qualifié les colonies de « violation flagrante » du droit international, relève par ailleurs le Washington Examiner.

N.B., avec agences

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer