Les islamistes

Les islamistes tunisiens et marocains veulent renforcer leur influence en Espagne, selon le journal El Mundo

Les islamistes marocains et tunisiens veulent renforcer leur base de soutien en Espagne. C’est ce qu’affirme le journal espagnol El Mundo, qui explique que des formations politiques islamistes issues du Maroc et de la Tunisie enjoignent leurs partisans vivant en Espagne à créer des partis organisés. Citant des sources du renseignement espagnol, le journal évoque notamment Ennahdha, mais surtout les formations marocaines du PJD (Parti de la justice et du développement) et d’al-Adl wal Ihsane (mouvement islamique prosélyte). Ce dernier semble particulièrement inquiéter le journal espagnol, qui rappelle qu’il s’agit d’un parti radical interdit par les autorités marocaines, largement soutenu au Maroc et très présent en Espagne via les structures qu’il a réussi à mettre sur pied dans plusieurs provinces.

Les étudiants particulièrement visés

« Plusieurs partis islamistes au Maroc et en Tunisie ont demandé à leurs partisans d’intégrer des jeunes musulmans, explique El Mundo. L’appel s’adresse aux jeunes musulmans espagnols, en particulier les étudiants, dont la formation peut impliquer une participation politique active” et contribuer à en faire de futurs leaders. Le journal rapporte également que la Fédération espagnole des entités religieuses islamiques (FEERI), qui intègre plus de 200 associations, aurait tenu plusieurs meetings en vue de la création d’un parti musulman sous la houlette d’al-Adl wal Ihsane. Le dernier d’entre eux aurait eu lieu il y a environ un mois à Barcelone. Une information niée par les dirigeants de la Fédération, qui ont assuré qu’aucun membre du conseil d’administration de la FEERI n’était au courant ni n’avait donné sa permission pour la tenue de telles réunions. La FEERI a cependant reconnu qu’elle s’était vu proposer, il y a un an, la création d’un parti musulman. Une initiative qu’elle n’a toutefois pas soutenue. « Si nous collaborons avec les partis politiques existants, nous n’avons pas le temps de créer une formation indépendante », aurait ainsi rétorqué le groupe d’associations islamistes.

En réalité, les responsables de la FEERI se souviennent qu’un plan similaire avait échoué il y a quelques années avec la création du « Parti de la renaissance et de l’union de l’Espagne ». Le mouvement, né en 2010 à Grenade, avait en effet essuyé un échec électoral lorsque ses candidats avaient brigué, dans plusieurs villes d’Espagne, les suffrages des électeurs lors des élections générales espagnoles de 2011.

Des militants déterminés

« Cependant, ni cet échec ni ce manque de réceptivité n’ont découragé les formations islamistes marocaines », pointe El Mundo. Existe-t-il, dans ce contexte, un risque de progression de l’islamisation ou de radicalisation des musulmans espagnols ? S’il ne répond pas clairement à cette question, l’auteur de l’article rappelle que la FEERI avait mis en place en 2015 un programme destiné à des imams de mosquées espagnoles dans l’objectif de renforcer leurs connaissances en matière de charia. Une initiative dénoncée un an plus tard par le ministère espagnol de l’Intérieur, qui a dit constater une progression du radicalisme dans ce pays de la péninsule ibérique, en pointant en premier lieu la responsabilité du mouvement al-Adl wal Ihsane.

Le quotidien espagnol relaie également les éléments de discours tenus par les militants espagnols affiliés à ces groupes islamistes, notamment sur les réseaux sociaux. « Nous soutenons la transformation de la société à travers la formation islamique des individus et l’action politique et sociale », aurait lancé une militante, qui pense que le meilleur moyen d’y parvenir serait « une prise de pouvoir par des moyens démocratiques ». « Qu’il n’y ait jamais eu de victoire jusqu’à présent ne signifie pas qu’elle n’adviendra jamais. Les temps ont changé, les sociétés aussi et nos jeunes sont de plus en plus actifs », aurait également écrit la jeune femme.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer