Québécois

Les Québécois confient les rênes de leur province à un parti nationaliste et anti-immigration

Pour la première fois, les Québécois ont confié les rênes du pouvoir lundi à la Coalition Avenir Québec (CAQ), un parti qui met l’accent sur le nationalisme québécois, mais non indépendantiste, et qui souhaite réduire considérablement l’immigration. Les électeurs ont ainsi tourné la page de près de 15 ans de gouvernement libéral quasi ininterrompu.

« Aujourd’hui on a marqué l’histoire, aujourd’hui il y a beaucoup de Québécois qui ont mis de côté un débat qui nous a divisés pendant 50 ans », soit la question de l’appartenance ou non du Québec au Canada, a déclaré François Legault, Premier ministre désigné, lors d’un discours au Québec. L’homme d’affaires richissime a en outre promis « un esprit de rassemblement, pour gouverner pour tous les Québécois » et de « travailler pour un Québec fort au sein du Canada ». La CAQ, parti politique qu’il a contribué à créer en 2011, disposera de la majorité absolue à l’Assemblée nationale québécoise, avec 74 députés sur 125 selon des résultats préliminaires, contre 21 sièges dans le précédent parlement dissous fin août.

Une reconfiguration politique qui représente un coup de massue pour les Libéraux, la famille politique du Premier ministre fédéral Justin Trudeau, qui avaient perdu en juin la province de l’Ontario au profit d’un autre parti conservateur. Le scrutin de l’an prochain au Canada, où des élections législatives se dérouleront en octobre 2019, s’annonce ainsi ardu pour M. Trudeau, dans un contexte marqué par la montée du nationalisme et du populisme partout dans le monde occidental, y compris au Canada.

20% d’immigrés en moins

Justin Trudeau a salué la victoire de François Legault. « Ensemble, nous continuerons de défendre les travailleurs et les industries du Québec, de créer de bons emplois pour la classe moyenne et de bâtir une économie forte basée sur l’innovation, en plus de protéger l’environnement et de lutter contre les changements climatiques », a déclaré le Premier ministre canadien dans un communiqué.

La campagne électorale axée sur le plein-emploi et la croissance n’a guère passionné les 8,4 millions d’habitants de la Belle Province. La participation a été d’environ 67%, contre 71% en 2014 et 74% en 2012. Pour la première fois en plus de trente ans, la question de l’indépendance n’a pas constitué un enjeu : les partis favorables au fédéralisme canadien ont totalisé plus de 63% des suffrages.
François Legault, ancien ministre indépendantiste, assure désormais ne plus vouloir se séparer du Canada. « C’est remarquable. Le premier ministre désigné du Québec a bien compris que les citoyens se désintéressaient de la souveraineté après deux référendums perdus par le camp du ‘oui' », commente ainsi le HuffPost Québec.

La CAQ, que M. Legault a cofondée, promet aux Québécois une politique de fermeté contre l’immigration, dont il veut réduire les seuils pour, dit-il, assurer une meilleure intégration aux nouveaux arrivants. Le prochain Premier ministre a ainsi annoncé lors de sa campagne électorale vouloir, dès 2019, réduire de plus de 20% le nombre de migrants admis au Québec chaque année.

La Chambre de commerce de Montréal, la métropole du Québec qui concentre la moitié de la population et la majorité des immigrés, l’a exhorté lundi soir à « tenir compte de la nécessité d’élargir le bassin de main-d’œuvre qualifiée », alors que 100 000 emplois ne sont pas pourvus dans la province francophone, faute de candidats qualifiés.

N.B., avec AFP

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer