Bachar al-Assad

« Let’s kill him » : Donald Trump aurait demandé à ce que Bachar al-Assad soit assassiné, révèle un ouvrage explosif

Un livre explosif qui doit sortir aux Etats-Unis le 11 septembre et qui documente des discussions quotidiennes à l’intérieur de la Maison Blanche révèle que Donald que Trump a demandé à James Mattis de mettre en place un plan visant à tuer Bachar al-Assad.

Dans un nouveau livre explosif écrit par le journaliste au sein du quotidien Washington Post Bob Woodward, connu pour avoir dévoilé en collaboration avec un collègue journaliste le scandale du Watergate en 1972, le président américain Donald Trump aurait déclaré à son secrétaire à la Défense qu’il voulait que le président syrien Bachar al-Assad soit assassiné suite à une attaque chimique en Syrie en avril 2017. « Tuons-le ! », aurait ainsi lancé Trump à James Mattis. C’est le Washington Post qui a rapporté mardi, après avoir eu accès à une copie de l’ouvrage, quelques passages de ce livre intitulé « Fear: Trump in the White House ». Le livre de 448 pages se base sur des documents et des notes prises lors de réunions ainsi que des témoignages délivrés par des proches collaborateurs du président américain. Il dépeint une présidence marquée par le tempérament colérique et paranoïaque et les pulsions erratiques du locataire actuel de la Maison Blanche.

Après que M. Trump l’a appelé pour lui faire part de sa volonté d’abattre le président syrien, Bob Woodward écrit que M. Mattis lui aurait répondu qu’il s’en occuperait « rapidement ». Mais après avoir raccroché, le secrétaire à la Défense aurait lancé à ses conseillers : « On ne va rien faire de tout ça. On va être beaucoup plus mesurés ». Les équipes du ministère américain de la Défense ont alors ficelé différents plans pour des frappes précises de représailles, que Donald Trump a finalement fini par valider et ordonner.

Le 4 avril 2017, une attaque au gaz sarin a tué plus de 100 civils et fait 500 blessés dans la province d’Idlib contrôlée par les rebelles, selon un rapport de l’ONU. L’ONU a accusé le gouvernement syrien d’en être l’auteur. Les images diffusées immédiatement après l’attaque avaient suscité une indignation mondiale et ont incité les Etats-Unis à tirer des dizaines de missiles de croisière sur une base aérienne syrienne où le gaz aurait été logé.

Plusieurs démentis de certains récits

Le livre décrit longuement les déceptions du secrétaire général de la Maison Blanche, John Kelly, qui est traditionnellement décrit comme un homme proche du président américain. Ainsi, lors d’une réunion en petit comité, il aurait affirmé à propos de Donald Trump que celui-ci était « un idiot ». « C’est inutile d’essayer de le convaincre de quoi que ce soit. Il a complètement déraillé. On est chez les fous. Je ne sais même pas ce que nous faisons là. C’est le pire boulot que j’aie jamais eu », aurait tempêté M. Kelly. Mais John Kelly a immédiatement contesté le récit livré dans cet ouvrage, en dénonçant une « tentative pathétique de salir les proches du président Trump et de détourner l’attention des nombreux succès de l’administration ». Mardi, Donald Trump a, dans un tweet, posté un communiqué de presse de démenti écrit par son secrétaire à la Défense, niant les propos rapportés dans le livre, mais sans contester en particulier l’épisode relatif à la demande du milliardaire américain de tuer Assad. « Les mots méprisants à propos du président qui m’ont été attribués dans le livre de Woodward n’ont jamais été prononcés par moi ou en ma présence », a déclaré M. Mattis. Ce sont « des histoires fabriquées, souvent par d’anciens employés mécontents, pour montrer le président sous son pire jour », a pour sa part écrit Sarah Sanders, la porte-parole de Donald Trump. Selon le Washington Examiner, l’ancien avocat du président, John Dowd, a également rapidement démenti un extrait du livre dépeignant une simulation d’interrogatoire de Donald Trump par le procureur spécial Robert Mueller, chargé de l’enquête sur les interférences imputées à la Russie dans le déroulement des élections présidentielles américaines.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer