L’ex-ambassadeur de France en Tunisie Boris Boillon écope d’un an de prison...

L’ex-ambassadeur de France en Tunisie Boris Boillon écope d’un an de prison avec sursis pour « blanchiment de fraude fiscale»

0
PARTAGER

Le haut fonctionnaire français Boris Boillon, ex-conseiller du président Nicolas Sarkozy et ex-ambassadeur de France en Tunisie du 16 février 2011 au 24 août 2012, a été condamné le 7 juillet 2017 à un an de prison avec sursis, et cela pour plusieurs délits.
En effet, le spécialiste du Moyen-Orient a été condamné par le tribunal correctionnel de Paris pour « blanchiment,fraude fiscale par dissimulation et manquement à l’obligation de déclaration de transferts de capitaux ».

L’information a été rapporté par France Info qui a indiqué qu’en plus de la condamnation, Boillon sera interdit « d’exercer toute fonction publique et de gérer une société commerciale ou industrielle pendant cinq ans, ce qui implique son départ du ministère français des Affaires étrangères ». Enfin, les sommes qui ont fait l’objet de l’enquête seront saisies.

En 2012, Boillon a créé sa propre société de conseil en affaires, Spartago, qui a essentiellement opéré en Irak, où il a déjà occupé le poste prestigieux d’ambassadeur de France avant de devenir ambassadeur en Tunisie. A l’époque, il jouissait du soutien du président Nicolas Sarkozy qui l’a nommé Chevalier de la Légion d’Honneur, fin décembre 2010. Il était également proche de Moammar Kadhafi, qui l’appelait selon sa déclaration à Canal +, « mon fils ».

Pour rappel, l’affaire a commencé le 31 juillet 2013, quand Boillon a été trouvé en possession d’une énorme somme non déclarée (350 000 euros et 40 000 dollars), alors qu’il s’apprêtait à prendre le train pour la Belgique. L’ex-ambassadeur a indiqué que cet argent résulte de son travail en Irak, où on ne pouvait payer qu’en liquide. Par ailleurs, il a nié toute intention de fraude.
Il est possible que le haut fonctionnaire fasse appel, suivant le conseil de son avocat.

N.B

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire