L’IRMC publie la première analyse sociologique de la crise du Covid-19 en Tunisie

« VIVRE AU TEMPS DU COVID-19. Chroniques de confinement : regards de chercheurs depuis la Tunisie », c’est le titre de l’ouvrage collectif publié par l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain (IRMC), sous la direction de Oissila Saaidia, directrice de l’IRMC. Rédigé sous la forme de courtes chroniques écrites par dix chercheurs en sciences humaines et sociales issus de différentes disciplines, l’ouvrage, destiné à un large public, est le premier travail d’analyse de la crise sanitaire effectué à la lumière des outils des sciences humaines et sociales.

« Le dimanche 22 mars 2020, le confinement entre en vigueur en Tunisie ; le lundi 4 mai, la phase du déconfinement débute. Entre ces deux dates, la société tunisienne a vécu une expérience unique, à l’instar d’autres pays à travers le monde », indiquent les dix chercheurs de l’IRMC dans un communiqué.

C’est dans ce contexte que ces derniers se sont lancés dans un projet inédit, « celui de réfléchir ensemble sur les incidences sociétales de cette crise » dont ils sont partie prenante, puisqu’ils vivent en Tunisie.

Un phénomène protéiforme

Ce travail universitaire propose des grilles de lecture pour saisir « la complexité d’un événement protéiforme et d’ampleur planétaire ». L’analyse s’appuie sur les événements constatés sur le terrain tunisien, même si sa portée dépasse ce seul pays. En effet, les thématiques abordées sont intimement liées, et semblables en certains points, à celles relatives aux situations vécues au sein d’autres sociétés à travers le monde.

Les textes, pluridisciplinaires, avancent notamment le constat que la crise planétaire que nous vivons est un « révélateur, un accélérateur, un catalyseur de dysfonctionnements qui remontent aux années 1980, au moment de la bascule du monde vers un néo-libéralisme économique visant la dérégulation des échanges », soulignent les chercheurs. En ce sens, la crise du nouveau coronavirus n’a rien « inventé », ni modifié quoi que ce soit. Elle a en revanche aggravé et amplifié les lacunes et les faiblesses de sociétés avant tout  « travaillées par les inégalités ».

Désormais disponible en librairie, l’ouvrage sera fort utile pour explorer des pistes de réflexion et enrichir le débat sur les conséquences socioéconomiques de la crise sanitaire.

Contributeurs : Bendana Kmar, Ben Youssef Mohamed Slim, Furniss Jamie, Jomni Khaled, Lachheb Monia, Luceño Moreno Marta, Matri Khaoula, Prudhomme Claude, Rouland Betty, Saaidia Oissila, Taleb Marouen.

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer