Livre « Le monde en 2035, vu par la CIA. »

Livre « Le monde en 2035, vu par la CIA. »

0
PARTAGER

Mustapha KHAMMARI, éditorialiste et ancien ambassadeur, présente ci-dessous les grandes lignes d’un livre, rapport que la CIA a remis au Président TRUMP sur l’avenir -à court terme -du monde

 

« Le monde en 2035 vu par la CIA » est le titre d’un livre sous- titré «le paradoxe du progrès ».
Il s’agit du » rapport que Trump a trouvé dans le bureau ovale et qui lui explique les projections de l’évolution du monde et de ses régressions et possibles avancées au cours des deux prochaines décennies avec comme repère l’année 2035.

Ce « décryptage » fait par la CIA est le résultat du travail « impartial et sans tabou «nous assure-t-on, de deux mille cinq cents experts de tous horizons ».

Dans sa présentation du livre, Adrien Jaulmes, grand reporter au Figaro écrit que « l’histoire bascule parfois de façon imprévisible. Un coup de pistolet tiré sur un archiduc …un avion percutant un tour dans un ciel sans nuages, ou bien un jeune marchand de quatre saisons s’immolant par le feu dans une ville tunisienne, et voilà un monde familier qui plonge dans l’inconnu, un ordre qu’on croyait immuable qui disparait, sans que personne ne parvienne à arrêter la précipitation des événements ».
Le rapport de la CIA montre que « jamais nos sociétés n’ont été menacées par autant de périls ».
« Dans les vingt prochaines années, la population chinoise continuera à vieillir et l’Afrique connaitra la croissance démographique la plus élevée du monde….Comment affronter le réchauffement climatique, les cyber-attaques et les actes terroristes? »…

Les rédacteurs du rapport se contentent d’égrener des hypothèses basées sur des analyses, des constats et suggèrent des pistes, tentent des projections dans apporter de réponses, ni définir des recettes politiques ou économiques.

L’analyse présentée tente de cerner les contours « d’une accélération fulgurante de l’histoire » qui interpelle les Etats comme les peuples dont le présent et l’avenir n’ont jamais été aussi incertains.

Le rapport indique pour notre région du Moyen Orient et Afrique du nord « qu’au cours des cinq prochaines années, la région sera marquée par des crises politiques, les revendications des populations augmenteront face à des élites inamovibles et déconnectées de leurs populations… »
Le rapport qui évoque « autant de raisons de tension que d’espoir », fait quand même ressortir « un scénario positif, bien qu’à faible probabilité » si « les marchés pétroliers se resserrant, les prix remontaient. Ryad et Téhéran, moins tentés par une concurrence à somme nulle pour accroitre leurs parts de marché, baisseraient d’un ton leur rhétorique religieuse.

De meilleures relations bilatérales désamorceraient peut-être leurs guerres par procuration et faciliteraient une stabilisation de la région. Ce qui créerait les conditions d’une alternative populaire, intéressante et constructive aux régimes autoritaires ou à Daech« .

Reste à souligner que depuis l’arrivée de Trump à la Maison Blanche et sa lecture du rapport de la CIA, la tension est montée d’un cran entre Ryad et Téhéran..

Comme quoi les turbulences dans la région et leurs ondes de choc sont toujours imprévisibles.

M.K.

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire