L’organisation sud-africaine ZA Central Registry (ZACR) a reçu le droit de commercialiser...

L’organisation sud-africaine ZA Central Registry (ZACR) a reçu le droit de commercialiser le nom de domaine «.africa».

0
PARTAGER

Bonne nouvelle pour les éditeurs et tous les internautes africains : après des années de batailles judiciaires, ils vont enfin recevoir leur propre nom de domaine « .africa ». Des personnes physiques ou morales pourront donc avoir le droit d’acheter et d’utiliser des noms de domaines « africains ».
En effet, le régulateur d’Internet, la Société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet (Internet Corporation for AssignedNames and Numbers, en anglais, plus connue sous son abréviation ICANN), vient de déclarer qu’elle allait commencer le processus de la délégation du domaine générique de haut niveau « dot Africa » (.africa) à l’organisation sud-africaine ZA Central Registry (ZACR).
Cette annonce intervient après la décision de la Cour supérieure de Californie d’autoriser le régulateur mondial d’Internet à adresser ce nom de domaine à l’organisation sud-africaine. Cependant, la Société l’ICANN connaît quelques démêlés toujours en cours, l’opposant à la structure DotConnectAfrica (DCA), basée à l’île Maurice, qui convoite également le nom de domaine continental, et qui accuse l’ICANN de fraudes et de pratiques commerciales déloyales, demandant à un tribunal fédéral des États-Unis de bloquer l’organisation de l’attribution du nom de domaine au Registre central ZA pendant le procès, ce qui a été finalement refusé, mais les tractations continuent…
Seule l’Afrique n’avait pas eu son propre nom de domaine à cause de la bataille entre ZA Central Registry et DotConnectAfrica, et l’ICANN avait déclaré que les noms de domaine « .com » et « .net » étant saturés, et qu’il fallait trouver d’autres solutions. Et vu le caractère géographique et culturel du nom de domaine, il n’était pas possible de le mettre aux enchères. C’est pourquoi l’ICANN a exigé que les demandeurs d’un domaine géographique obtiennent l’appui de 60 % des gouvernements de la zone disputée. Une règle qui a finalement créé un précédent, puisque les deux candidats ont présenté leurs demandes et ont affirmé avoir l’appui de la Commission de l’Union africaine, en 2012. En fait, DotConnectAfricaavait annoncé avoir reçu la bénédiction de la commission en 2009, avant que celle-ci ne retire ce soutien pour appuyer le dossier ZA Central Registry. Ainsi, ICANN a finalement légué le « .africa » au ZA Central Registry, début 2014. Une décision qui n’était évidemment pas au goût de de DotConnectAfrica qui a demandé une révision interne.

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire