Photo : EPA-EFE/TELENEWS

L’UE appelée à rouvrir progressivement ses frontières dès juillet

La Commission européenne propose aujourd’hui une « réouverture progressive » des frontières extérieures de l’UE à partir du 1er juillet, alors que la maîtrise de la propagation du Covid-19 semble se confirmer et que le déconfinement de la population se poursuit en Europe et ailleurs dans le monde.

Il s’agirait plus précisément d’une levée « partielle et progressive » des restrictions de voyages en dehors des frontières européennes puisqu’en Europe, les nouvelles hospitalisations et les décès enregistrés sont en forte baisse. La Commission européenne compte ainsi publier cette semaine une série de propositions concernant une levée des restrictions de voyages aux frontières extérieures de l’UE à partir du 1er juillet. Le vendredi 5 juin déjà, lors d’une conférence de presse tenue à la suite d’une réunion des ministres européens de l’Intérieur, Ylva Johansson avait déclaré qu’elle espérait voir l’espace Schengen fonctionner à nouveau « d’ici fin juin au plus tard », indique Euractiv.

Concrètement, il s’agirait de lever les restrictions avec certains pays tiers en prenant en considération « un certain nombre de principes et de critères » et en se basant sur une « approche commune » entre les Etats membres, a annoncé mercredi Josep Borrell, vice-président de la Commission européenne et Haut représentant de l’Union pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. La décision finale appartient, elle, à chaque Etat membre.

Les dirigeants européens appellent à une meilleure préparation

Alors que l’assouplissement des restrictions de déplacement est à l’ordre du jour à travers le monde, plusieurs dirigeants européens, dont le président français Emmanuel Macron et la chancelière allemande Angela Merkel, ont demandé mardi à l’UE que soient mieux examinés les moyens d’une meilleure préparation à une éventuelle prochaine pandémie, estimant que l’UE n’avait pas été à la hauteur dans la gestion de la crise.

La réponse chaotique face au coronavirus, qui a officiellement fait plus de 184 000 morts en Europe, a « soulevé des questions » sur le niveau de préparation, alors qu’il est question d’une deuxième vague pandémique, analysent-ils dans une lettre à la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen.

Lourdes conséquences économiques et accroissement des inégalités

Partout dans le monde, le confinement a cristallisé les inégalités économiques entre les travailleurs qualifiés qui ont été en mesure de « télétravailler » et les moins qualifiés d’entre eux, ces derniers ayant été, de plus, « souvent en première ligne » dans la lutte contre la pandémie, a pour sa part souligné la chef économiste de l’OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques), Laurence Boone. L’organisation considère d’ailleurs qu’en raison des restrictions imposées par la propagation du virus, la voie de la reprise économique semble « très incertaine et vulnérable », surtout face à une seconde vague de l’épidémie.

La pandémie du nouveau coronavirus, qui a fait plus de 407 000 morts à travers le monde, devrait aussi provoquer en 2020 un repli de l’économie mondiale d’au moins 6 %, selon les dernières projections économiques de l’OCDE, si la pandémie de Covid-19 « reste sous contrôle » et de 7,6 % en cas de deuxième vague. Si l’OCDE prévoit pour 2021 un fort rebond économique (avec une croissance mondiale de 5,2 %), ce dernier serait toutefois limité à 2,8 % en cas de deuxième vague. L’organisation d’études économiques appelle ainsi les gouvernements à moderniser leurs économies et surtout à les rendre « plus justes et plus durables ». A la fin de 2021, la perte de revenu dépassera celle de toutes les récessions précédentes qu’a connues le dernier siècle en temps de paix, « avec des conséquences terribles et durables pour les populations, les entreprises et les gouvernements », a ajouté Laurence Boone.

Enfin, l’OCDE indique que les réponses qui seront apportées à la crise vont modeler les perspectives économiques et sociales des dix prochaines années.

N.B., avec AFP et Euractiv

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer