« Marche historique » à Rabat en soutien à la région du...

« Marche historique » à Rabat en soutien à la région du Rif

0
PARTAGER

Dimanche 11 juin 2017, entre 12 000 et 15 000 personnes selon les estimations des autorités marocaines et près d’un million selon les organisateurs du rassemblement ont manifesté sur près d’un kilomètre de l’avenue Mohamed VI, l’avenue principale de Rabat.

En effet, cette « marche historique », l’une des plus importantes du Maroc depuis l’année 2011 a rassemblé de nombreux islamistes en plus du groupe d’opposition au Parlement, des gens du gauche et des syndicalistes. Elle a été organisée en soutien au mouvement d’Al-Hoceïma, une ville de la région du Rif, qui connait depuis plusieurs semaines des tensions dénonçant la corruption, la marginalisation et l’abus du pouvoir administratif.

A noter que le mouvement a commencé dans la région du Rif au nord du pays en octobre 2016 avec la mort tragique de Mouhcine Fikri, écrasé dans une benne à ordure, alors qu’il cherchait désespérément à récupérer ses poissons saisis et jetés par la police. Par ailleurs, les protestations se sont considérablement accentuées avec l’arrestation du leader local Nasser Zefzafi, fin mai, accusé de menacer la sécurité nationale.

Les manifestants qui se sont dirigés vers le Parlement, dont beaucoup font partie du mouvement islamique Adl wal Ihsan (Justice et spiritualité), ont brandi les photos de prisonniers politiques. Un article paru sur Lepays.bf, a indiqué que la crise d’Al-Hoceïma, devenue symbole de la lutte des classes défavorisées, « est en train de prendre des proportions inquiétantes non seulement en touchant le cœur du Royaume, mais aussi avec l’implication des politiques, des activistes de la société civile et surtout des islamistes ».

L’auteure de l’article a appelé implicitement le roi du Maroc à se montrer aussi généreux envers son peuple qu’il ne l’est « envers les autres Etats africains », et cela « pour que le syndrome tunisien qui a emporté le régime de Ben Ali ne gagne véritablement le Royaume ». Elle a de même indiqué qu’il n’est plus «acceptable que le Maroc dont l’économie est plutôt florissante, ait comme talon d’Achille, les inégalités sociales ».

N.B

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire