Montée en puissance du secteur de l’aviation en Tunisie : une nouvelle...

Montée en puissance du secteur de l’aviation en Tunisie : une nouvelle formation aux métiers de l’aéronautique voit le jour

0
PARTAGER

La Tunisie, consciente de son potentiel incontestable dans le domaine de l’aviation, a inauguré fin 2016 une formation d’excellence aux métiers de l’aéronautique, susceptible de renforcer le secteur et d’attirer de nouveaux investisseurs dans le domaine afin de booster l’économie tunisienne.
En effet, plusieurs atouts favorisent le développement de ce secteur en Tunisie. Hormis la proximité géographique avec l’Europe et un emplacement stratégique au nord de l’Afrique, un continent en plein essor démographique et économique, la Tunisie se caractérise par sa main-d’œuvre abondante, qualifié et peu chère, capable d’attirer les investisseurs européens.
A titre d’exemple, la Tunisie produit la structure basse de l’Airbus 320, envoyée par la suite à Toulouse pour l’assemblage. C’est dans ce contexte que l’Ecole des métiers aéronautiques, établie depuis 2009, a inauguré son centre d’excellence en octobre 2016, afin d’initier ses élèves à des activités plus complexes. Ces derniers qui obtiennent à la fin du cursus des brevets de techniciens professionnels, apprennent à manipuler les monteurs de structures d’aéronefs, les câbleurs ou encore les chaudronniers aéronautiques.
L’initiative vient répondre à une demande grandissante des nombreuses entreprises spécialisées, qui recrutent en permanence de la main-d’œuvre qualifiée. Dans ce cadre, Hichem Mejri, directeur du CEMIA (Centre d’excellence des métiers de l’Aéronautique), a déclaré : « C’est une demande des industriels à ce qu’il y ait un centre dédié à l’aéronautique, pour répondre aux besoins parce que des ouvriers spécialisés dans ce secteur, pour eux, c’est très important qu’il y ait une main-d’œuvre qualifiée avec un savoir-être où ils peuvent compter sur ces ouvriers qui feront partie de cette entreprise, car il y a une culture, dynamique et une manière de se comporter qui est pour eux très importante. »
Concernant le centre, à peine six mois après son ouverture, il a déjà la capacité de former 600 jeunes apprentis par an. Mejri assure que l’embauche est certaine à la fin de la formation, puisque selon lui, 99% des stagiaires sont directement recrutés à leur sortie du centre. D’ailleurs, l’école est implantée à Mghila, situé dans la banlieue sud de Tunis où la zone industrielle de la région abrite des dizaines d’équipementiers de l’aéronautique. Nous parlons d’un total de 70 entreprises florissantes qui produisent entre-autres les sièges d’avions et les cabines.
L’économiste Radhi Meddeb est convaincu que cette industrie de haute technologie a toutes ses chances de se développer davantage en Tunisie : « Aujourd’hui, nous avons un certain nombre de grands opérateurs, qui travaillent pour des grands noms de l’aéronautique internationale, parmi lesquels Airbus, et qui ne font pas uniquement de la pièce de rechange ou de première monte mais qui font des sous-ensembles d’une certaine complexité. Le secteur est l’un des rares dans l’industrie, qui a créé des milliers de postes d’emplois depuis la révolution. Et ce qu’il a créé est peu par rapport à son potentiel de développement. »
Ces prévisions sont bien fondées puisque des chiffres significatifs les appuient. Nous parlons actuellement de 6000 employés qui travaillent dans le secteur. L’Etat prévoit d’agrandir la zone industrielle de Mghila dans le but de préparer le terrain à l’implantation de nouvelles entreprises de la filière en Tunisie.
Dans un contexte différent, l’Association Tunisienne de l’Aéronautique a récemment commémoré le 105ème anniversaire du premier vol intercontinental effectué par le célèbre aviateur Roland Garros. Ce vol qui a relié l’Afrique à l’Europe, a de même renouvelé le lien entre Carthage et Rome, par le biais des airs. De même, l’évènement qui a eu lieu entre le 23 février et le 3 mars 2017 a tenu a rappelé les prouesses de l’escadrille de Biskra, qui fut crée en 1912 pour assurer le service postal dans le cadre de missions militaires pour le compte de la France.
Concrètement, la commémoration s’est traduite par des spectacles inouïs dans les airs, effectués par des biplans qui ont retracé le parcours historique de l’escadrille de Biskra. Des paramoteurs munis de caméras ont également survolé des villes comme Tozeur et Kairouan, et les photos se sont chargées de transmettre la beauté unique de ces régions riches en histoire et en paysages naturels.
Cette initiative a attiré beaucoup de touristes tout en rendant compte de la richesse historique du pays. Ainsi l’aéronautique se présente comme une filière de longue date, bien enracinée, qui a toutes les raisons de se développer en tant qu’activité économique et touristique en Tunisie.
N.B

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire