Sophia Baraket

Mort de Sophia Baraket : une avalanche d’hommages

Les hommages pleuvent sur les réseaux sociaux pour saluer une ultime fois celle qui s’est illustrée par nombre d’expositions en Tunisie et à l’étranger, celle qui a sillonné l’Afrique, de la Tunisie à l’Algérie, de l’Egypte au Mali en passant par l’Ouganda, la RDC ou encore le Kenya pour capturer des moments uniques. La journaliste et photoreporter Sophia Baraket est décédée à l’âge de 35 ans dans la nuit de mercredi à jeudi suite à un infarctus. Le parcours de Sophia Baraket a été riche, marquant, et reconnu. Sa série « Hammam » a par exemple été exposée au public en septembre 2017 à la Beyrouth Art Fair, première foire internationale spécialisée dans la découverte de la création artistique contemporaine de la région MENA-Asie du Sud. Ses photos, particulièrement prisées, ont été publiées par des grands noms de la presse internationale tels que Courrier International ou encore BBC.
A propos d’une série d’œuvres inspirées par la question de la migration clandestine, exposée dans le cadre de la Biennale d’art contemporain de Jaou en 2017, l’artiste a expliqué qu’il s’agissait de recréer « une sorte d’immersion, d’enfermement et de chaos, afin de faire revivre au public (…) l’enfer que peuvent vivre des milliers de migrants au quotidien ».
Les thèmes de la migration, des mères célibataires, de la pauvreté qui gangrène l’Afrique, qui l’ont profondément marquée, ont souvent été au cœur de ses réalisations artistiques.
Le média français RFI lui a consacré l’année dernière un long hommage retraçant son fécond parcours et ses nombreuses œuvres, à lire ici.  
Son père a publié un long message poignant sur son compte Facebook pour faire part de son immense douleur, et de sa « lancinante tristesse » (voir captures).

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer