Photo : Sky News

« Ne faites pas l’idiot ! » : Lettre de Trump à Erdogan

Le président américain Donald Trump a adressé la semaine dernière une lettre aussi virulente que surprenante à son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, après le début de l’offensive turque contre les Kurdes.

Donald Trump a défendu ardemment mercredi le retrait des troupes américaines de Syrie, semblant minimiser la menace qui pèse sur les forces kurdes, après l’offensive turque dans le nord-est du pays et faisant l’éloge d’une incroyable lettre adressée à son homologue turc Recep Tayyip Erdogan. Le courrier en question, qui a fuité peu après, a suscité la stupeur à Washington.

Datée du 9 octobre, elle a été adressée au M. Erdogan le jour où il a lancé ses troupes à l’assaut des Kurdes dans le nord de la Syrie. Son contenu a été révélé par la chaîne américaine Fox Business.

Menace de sanctions économiques

« Trouvons un bon accord », suggère Donald Trump dans cette missive dont l’authenticité a été confirmée à l’AFP. « Vous ne souhaitez pas être responsable du massacre de milliers de personnes, et je ne veux pas être responsable de la destruction de l’économie turque – ce que je ferais (si nécessaire) », menace le locataire de la Maison Blanche.

« L’Histoire vous jugera d’un oeil favorable si vous agissez de façon juste et humaine. Elle vous considérera à jamais comme le diable si les choses se passent mal », avertit encore Donald Trump, sans autre précision. « Ne jouez pas au dur ! Ne faites pas l’idiot ! », conclut-il, ajoutant qu’il « téléphonerait plus tard » au président turc.

Offensive militaire turque contre les Kurdes

Le président turc Erdogan a lancé le 9 octobre une offensive militaire en Syrie, affirmant devoir « neutraliser les menaces terroristes » et établir une « zone de sécurité ». Les forces turques ont effectué mercredi des frappes aériennes et ont annoncé par la suite que des troupes terrestres avaient envahi le nord-est de la Syrie. Presque toutes les troupes américaines ont été retirées et seront redéployées dans la région dans les prochaines semaines, selon Fox News.

Certains analystes et observateurs politiques ont reproché au président américain de donner le « feu vert » à l’Etat turc pour envahir la Syrie et combattre les Kurdes, alliés des Etats-Unis dans le cadre de son opération militaire visant à neutraliser l’Etat islamique. Trump a défendu son action par la nécessité de « ramener nos soldats à la maison » et mettre fin aux « guerres folles et sans fin ».

N.B., avec AFP et Fox News

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer