Photo : Radio Banlieue Nord

Notre-Dame de Trapani : une foule compacte aujourd’hui à La Goulette !

La date du 15 août marque une fête chrétienne fondamentale, celle de la célébration de l’Assomption de la Vierge Marie. En Tunisie, la procession de la Madone de Trapani, ressurgie à l’été 2017, vient donner écho à la célébration de cette croyance (devenue dogme de foi catholique en 1950 sous le pontificat de Pie XII), et est marquée par le déroulement d’une messe solennelle suivie d’une marche ponctuée de chants et de prières lors de laquelle les croyants portent sur leurs épaules la statue de Notre-Dame de Trapani. Célébrée chaque année du début du XXe siècle jusqu’au début des années 1960, cette festivité traditionnelle emblématique renaît de ses cendres à l’été 2017. Elle a toujours été marquée par la présence, aux côtés de la communauté chrétienne locale, de Tunisiens de toutes confessions qui se rendent en masse à l’église Saint-Augustin et Saint-Fidèle de La Goulette. Cela a été le cas aujourd’hui même, où la cérémonie s’est tenue en présence d’une importante assistance rappelant l’identité plurielle de la Tunisie dont l’histoire est toute tissée d’interactions culturelles multiples.

Hier déjà, une conférence à propos de la Madone de Trapani a été organisée à la municipalité de La Goulette en présence de la maire de cette ville, Amel el-Ksir Limam, et de l’archevêque de Tunis, Mgr Ilario Antoniazzi. Il s’agit d’un geste politique fort montrant l’attention croissante que porte désormais le conseil municipal de La Goulette à cette célébration historique remontant au début du XXe siècle et qui donne tout son charme à la « Petite Sicile », cette ville multiconfessionnelle aussi bien que cosmopolite.

CONFÉRENCE SUR LA MADONNE DE TRAPANI A LA MUNICIPALITÉ DE LA GOULETTE PRÉSIDÉE PAR LA MAIRE DE LA VILLE ET NOTRE ARCHEVÊQUE A noter le beau détail de la Vierge de Lourdes qui préside cette rencontre.

Publiée par Cathédrale de Tunis sur Vendredi 14 août 2020

Notons également, dans ce même esprit d’initiative visant à donner un nouveau souffle et valoriser davantage ce patrimoine immatériel qui a longtemps constitué une occasion de rassemblement pour les Goulettois de toutes convictions religieuses, l’installation cette année pour la première fois d’un écran géant sur le parvis de l’église afin qu’un plus grand nombre de personnes – fidèles ou profanes – puisse prendre part à ce précieux moment de la célébration de la messe de l’Assomption à laquelle succède celui, qui ne l’est pas moins, de la liesse populaire autour de la procession.

L'ASSOMPTION À LA GOULETTE. En Tunisie, le 15 août c'est la procession de Notre Dame de Trapani à la Goulette. Liesse multiconfessionnelle au village!

Publiée par Hatem Bourial sur Samedi 15 août 2020

La Madone de Trapani est considérée par les croyants catholiques comme étant la protectrice de la ville italienne de Trapani en Sicile. De cette vénération est née la ferveur de la célébration de cette fête, qui deviendra incontournable, par la communauté italienne et sicilienne de La Goulette, suivie par des coreligionnaires français et maltais. Rappelons à ce titre que c’est en 1848 que l’église est construite sur un terrain qui avait fait l’objet d’un don de la part d’Ahmed Ier Bey, et dédiée à saint Fidèle, patron de Fidèle Sutter, vicaire apostolique de Tunis de 1844 à 1881. Le lieu de culte est également placé sous le patronage de Saint-Augustin, car des ermites de saint Augustin originaires de Malte ont longtemps été chargés de l’administration de la paroisse.

Le plus célèbre d’entre eux est le père Xavier Saliba qui, comme l’indique ici le journaliste et animateur culturel Hatem Bourial, prit l’initiative d’apporter des embellissements à ce qui est devenu aujourd’hui un sublime édifice, faisant de lui le lieu d’attraction par excellence de La Goulette.

https://www.facebook.com/rbRBN.Radio/videos/1278169422566544/

Abandonnée à partir des années 1960 en raison de la diminution du nombre de chrétiens vivant à La Goulette, la tradition festive de la procession de Notre-Dame de Trapani ressurgit à l’été 2017, bien que d’une manière plus discrète, au sein de la cour intérieure de l’église.

Nejiba Belkadi

A voir aussi

Une pensée sur & ldquo; Notre-Dame de Trapani : une foule compacte aujourd’hui à La Goulette ! & rdquo;

  1. L’inconscient tunisien est toujours habité par le christianisme même après 14 siècles d’islam. Notre pays est un véritable carrefour de courants d’idées et le vrai tunisien ne peut qu’être ouvert à cela, cela fait parti de notre identité quoi que disent les sprints fossilises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer