attentats
AFP

La Nouvelle-Zélande lance une enquête officielle sur les attentats de Christchurch

Cette investigation a été ouverte pour savoir si les attentats contre les deux mosquées de Christchurch auraient pu être évités et quelles sont les circonstances particulières dans lesquelles ils ont pu être déclenchés.

La Première ministre de Nouvelle-Zélande, Jacinda Ardern, a ordonné, lundi 25 mars, l’ouverture d’une enquête nationale sur les attentats contre les mosquées de Christchurch afin d’établir si la police et les services de renseignement auraient pu empêcher le carnage. « Cette commission royale, soit l’enquête judiciaire aux pouvoirs les plus étendus de Nouvelle-Zélande, doit déterminer comment un seul tueur a pu abattre 50 fidèles le 15 mars », explique France Info.

« Il est important que rien ne soit laissé au hasard pour déterminer comment cet acte de terrorisme s’est produit et comment nous aurions pu l’empêcher », a expliqué la Première ministre.

Les services de renseignement et de police, qui avaient rencontré l’assaillant lors de sa demande de port d’armes, sont confrontés à une salve de critiques depuis cette attaque terroriste islamophobe. Certains leur reprochent de s’être trop focalisés sur la surveillance des seules menaces islamistes. Les victimes de Christchurch étaient toutes musulmanes, et le tueur est un suprémaciste blanc raciste qui a mis en avant dans un texte une théorie populaire au sein de l’extrême droite européenne selon laquelle les musulmans « envahissent » les pays occidentaux dans le cadre d’un supposé « Grand remplacement » des populations européennes blanches.

La Première ministre a exclu le retour de la peine de mort pour le suspect. L’extrémiste australien de 28 ans, Brendan Tarrant, a été arrêté rapidement après les attaques et est pour le moment inculpé pour meurtre. Les détails concernant la conduite de cette enquête doivent encore être précisés mais celle-ci « sera exhaustive et rendra ses conclusions dans un délai raisonnable », a assuré la Première ministre néo-zélandaise.

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer