Olivko, lauréat du Gold Award New York 2017, appelle à une grande...

Olivko, lauréat du Gold Award New York 2017, appelle à une grande transformation dans le secteur de l’huile d’olive en Tunisie

0
PARTAGER

Récemment, l’huile tunisienne Olivko a remporté le Gold Award lors du Concours international de l’huile d’olive de New York. Cette distinction qui est synonyme de reconnaissance internationale de la qualité de l’huile d’olive tunisienne a lancé Olivko et son propriétaire Karim Fitouri dans un projet de transformation à long terme.
En effet, Olivko tend aujourd’hui à faire connaitre la Tunisie, via ses luxueuses bouteilles remplies de l’or jaune, non en tant que producteur en vrac dans le marché mondial mais en tant qu’exportateur de l’huile d’olive de haute qualité.
Karim Fitouri, qui s’est rendu en personne à New York pour recevoir son prix, a déclaré à Oliveoiltimes.com : «Nous avons félicité les producteurs, les autorités, l’industrie de l’huile d’olive, et bien sûr la presse, qui a largement rapporté les nouvelles du prix. La chose qui m’importe le plus est la réaction… des gens ordinaires, mêmes parmi les ouvriers, chaleureux et accueillants… Ce prix leur a fait sentir les fruits de leur labeur … ce qui constituera une motivation pour des résultats encore meilleurs dans l’avenir « .
Olivko, lauréat du Gold Award, est fabriqué de manière organique à partir d’une variété d’olive tunisienne appelée Chetoui, l’une des deux principales variétés produites dans le nord du pays. La ferme de Fitouri se trouve dans la vallée luxuriante de Dougga, du gouvernorat de Béja, qui constitue un site archéologique classé au patrimoine mondial de l’UNESCO. Dougga est le site des ruines d’une ancienne ville romaine surplombant la vallée fertile d’Oued Khalled où les olives ont été cultivées depuis le VIIIe siècle av. De ce fait, ce n’est point surprenant que cette culture ancestrale soit la plus grande exportation agricole du pays.
A ce propos, Fitouri a précisé : « Pour nous, l’huile d’olive est dans notre ADN… Nous avons une relation de 3 000 ans avec cet arbre… Beaucoup de familles en Tunisie possèdent leurs propres arbres, transmises à travers des générations… Les Tunisiens utilisent de l’huile d’olive pour chaque repas, et un petit-déjeuner typique est composé de pain et d’huile d’olive, peut-être avec un peu de miel en plus… nous l’utilisons aussi comme produit cosmétique pour la peau et les cheveux ».
L’entreprise familiale Olivko produit l’huile d’olive depuis 1928. «Une bonne saison est toujours suivie d’une autre difficile », a-t-il expliqué. Par la suite, il a ajouté que même si la récolte est parfois moyenne, la qualité est toujours irréprochable. Ainsi, il a misé sur ce facteur pour produire des huiles de haute qualité. Le Gold Award vient reconnaitre à l’échelle internationale la qualité de l’huile tunisienne et ouvrir la voie à « la transformation tunisienne d’un producteur en vrac pour le marché d’exportation vers un pays connu pour son huile d’olive de haute qualité ».
Dans ce contexte, Fitouri parait comme un visionnaire avec une vision exhaustive de comment révolutionner la production tunisienne de l’huile d’olive. Il a pointé le manque de moyens et l’instabilité économique et politique comme raison principale ayant poussé beaucoup de producteurs à vendre leur production aux italiens qui se sont chargés de mettre l’huile en bouteilles.
Malgré ce fait, le propriétaire d’Olivko reste confiant quant au potentiel de la Tunisie: «Nous avons 80 millions d’arbres, une main-d’œuvre jeune et dynamique et une diaspora active. Mais nous devons être audacieux, croire en nos chances et proposer notre huile sous nos marques et être fiers de vendre notre huile ouvertement comme un produit tunisien, et un produit tunisien de haute qualité ».
Selon lui, il faudrait plus d’ouverture à la culture d’entrepreneuriat, aux « dernières avancées technologiques » y compris celles du traitement des déchets. De ce fait, il propose d’investir davantage dans « l’infrastructure de production » pour permettre aux petits producteurs de tirer profit de leurs récoltes et produire leur huile sous leur propre nom.
Ensuite, Fitouri rappelle le rôle clé du marketing et des techniques de promotion et de vente pour la mise en valeur de l’huile tunisienne. Il affirme : « (Moi), un petit producteur qui vient de gagner un prix prestigieux pour la qualité de son produit, j’ai besoin du soutien des organes de l’État pour atteindre les nouveaux marchés qui s’ouvriront d’abord à mon produit, puis à d’autres producteurs tunisiens ».
Karim Fitouri, qui a passé 24 ans de sa vie au Royaume-Uni, est de retour en Tunisie pour se consacrer à promouvoir son entreprise florissante. Suite à son succès à New York, il a été invité à une foule de rencontres avec des officiels tunisiens à Londres, à Bruxelles et à Madrid avant de se rendre en Tunisie pour des entretiens avec les médias. Il a également reçu un prix personnel du gouvernement tunisien en reconnaissance à son succès en tant qu’ambassadeur de l’huile d’olive tunisienne sur le marché mondial. A noter que Fitouri, qui a également fait la promotion d’Olivko en Russie et en Australie, sera de nouveau à New York dans le cadre du Fancy Food Show.
N.B

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire