Palestiniens

ONU : soutien international aux Palestiniens pour présider le G77

L’Assemblée générale de l’ONU a approuvé mardi 16 octobre à une large majorité une résolution donnant plus de prérogatives aux Palestiniens pour une durée de seulement une année.

Adopté à 146 voix pour, 15 abstentions (une majorité de pays de l’est de l’Europe) et 3 contre (Etats-Unis, Israël et Australie), ce texte purement technique devait permettre à la Palestine, simple Etat observateur à l’ONU depuis 2012, d’exercer la présidence en 2019 du groupe G77 + Chine, un groupe qui compte près de 134 Etats membres représentant les pays en voie de développement et qui est un acteur important dans les négociations budgétaires du système des Nations unies. « Comme toutes les décisions liées à la Palestine à l’ONU, ce vote a une portée très symbolique », explique RFI.

Les pays qui se sont opposés à l’adoption du texte dénoncent une « stratégie de reconnaissance internationale de la Palestine et de normalisation de ses relations ». « Nous ne pouvons pas soutenir les efforts des Palestiniens de renforcer leur statut en dehors de négociations directes, a lancé à l’Assemblée générale Jonathan Cohen, représentant adjoint des Etats-Unis à l’ONU. Les Etats-Unis ne feront aucun mystère de leur position. Nous rappellerons aux autres Etats membres que les Etats-Unis ne reconnaissent pas l’Etat de Palestine et qu’aucun Etat de ce type n’a été admis comme Etat membre de l’ONU. »

De son côté, l’ambassadrice américaine Nikki Haley a immédiatement dénoncé dans un communiqué « une erreur qui mine les efforts de paix dans la région ».

Les Palestiniens jouent l’apaisement

Conscients de l’enjeu purement symbolique de ce vote, les Palestiniens ont eux-mêmes évacué du texte sa portée politique, préférant mettre en avant une discussion purement technique. Ramallah, par la voix de son représentant Riad Mansour, a par ailleurs joué l’apaisement. « L’Etat palestinien ne va pas ménager ses efforts pour se montrer à la hauteur de cette confiance », a-t-il expliqué.

Un rehaussement de statut limité dans le temps

Si Ramallah réalise un meilleur score que lors du vote sur la reconnaissance de Jérusalem comme capitale en décembre 2017 et sur la protection du peuple palestinien à Gaza en juin, les diplomates se sont toutefois refusés à y voir un référendum dénonçant l’action américaine dans la région et sur leur plan de paix, qui se fait toujours attendre. « Dans leur prise de parole suivant le vote, le Royaume-Uni, l’Allemagne et les Pays-Bas ont d’ailleurs pris soin de souligner que leurs votes positifs ne devaient ‘en aucun cas’ être interprétés comme une reconnaissance de l’Etat de Palestine », explique en effet Le Monde.

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer