actes pédophiles
Le pape François salue un cardinal à l'ouverture d'un sommet inédit sur les agressions sexuelles au Vatican, le 21 février 2019 Photo Vincenzo PINTO . AFP

Le pape promet justice aux victimes d’actes pédophiles lors d’un sommet inédit au Vatican

L’Eglise catholique « entendra le cri des enfants en quête de justice », a promis jeudi le pape François lors de l’ouverture d’un sommet historique sur les actes pédophiles commis par des membres du clergé.

Les victimes et les fidèles n’attendent pas seulement des condamnations, mais des « mesures concrètes et efficaces », a-t-il souligné dans son allocution, précisant que le « mal » des actes pédophiles devait céder la place à la compréhension et la purification.

« Nous avons, nous, évêques, infligé des blessures aux victimes », a ensuite reconnu le cardinal philippin Luis Tagle, qui a fondu en larmes en lisant son discours. Cette conférence inédite, qui s’achèvera dimanche, rassemble les présidents des conférences épiscopales, des membres de l’administration vaticane, des représentants de congrégations religieuses et les chefs des Eglises orientales. Tous se réunissent pour engager une réflexion sur les moyens à mettre en œuvre pour « prévenir les abus contre les mineurs et les adultes vulnérables ».

Reuters rappelle que « la hiérarchie catholique a été mise en cause à de multiples reprises, ces vingt dernières années, pour sa gestion des scandales de pédophilie, lorsqu’il est apparu que des prêtres coupables d’agressions au cours des années ou des décennies précédentes avaient été mutés de paroisse en paroisse au lieu d’être défroqués ou confiés à des institutions civiles ».

« Le peuple de Dieu nous regarde »

« Le peuple de Dieu nous regarde et attend de nous non pas de simples et évidentes condamnations, mais de préparer des mesures concrètes et efficaces », a ainsi assuré le souverain pontife.

Le chef suprême de l’Eglise catholique veut réveiller les consciences en recourant à une méthode collégiale éducative faite de discours, de groupes de travail mais aussi de témoignages de victimes du clergé.

Le pape a décidé de convoquer ce sommet sans précédent en septembre, sur les conseils de son entourage. Il a justifié le mois dernier sa décision en déclarant à la presse que certains évêques ne connaissaient toujours pas pleinement les procédures à mettre en œuvre pour protéger les mineurs au sein de l’Eglise et pour agir en cas d’abus sexuels.

Pour le journal français La Croix, « rien d’autre n’est en jeu ici que la crédibilité de l’Eglise pour les années à venir, non seulement dans sa lutte contre les abus, mais dans l’annonce de l’Evangile ».

N.B., avec agences

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer