Pasteur américain détenu en Turquie : les relations turco-américaines se crispent

Pasteur américain détenu en Turquie : les relations turco-américaines se crispent

0
PARTAGER

Le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, s’est entretenu lundi avec l’ambassadeur de la Turquie aux Etats-Unis sur le cas du pasteur américain Andrew Brunson, soupçonné de terrorisme par Ankara et actuellement placé en résidence surveillée. « John Bolton a rencontré l’ambassadeur de la Turquie Serdar Kilic aujourd’hui (lundi) à la Maison Blanche. Ils ont discuté de la détention continue du pasteur Andrew Brunson et de l’état des relations entre les Etats-Unis et la Turquie », a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche, Sarah Sanders.

L’atmosphère se crispe entre Washington et Ankara à propos du pasteur évangéliste, accusé par les autorités turques d’avoir soutenu le coup d’Etat manqué de juillet 2016, attribué à des réseaux soutenant le prédicateur musulman Fethullah Gülen qui vit en exil aux Etats-Unis. Après avoir passé près de 20 mois dans une prison turque, Andrew Brunson a été placé en résidence surveillée en juillet par un tribunal. Depuis lors, Donald Trump et son vice-président Mike Pence ont appelé à plusieurs reprises à sa libération, Ankara réitérant de son côté que c’est aux tribunaux qu’une telle décision incombe.

Autre signe de tension entre les deux Etats : le président américain a annoncé vendredi un doublement des droits de douane sur l’acier et l’aluminium turcs importés aux Etats-Unis, affirmant que les relations avec Ankara n’étaient « pas bonnes en ce moment ». Reuters explique par ailleurs que la livre turque a touché lundi un nouveau plus bas historique et qu’elle reste orientée à la baisse en dépit de l’annonce par la banque centrale turque de mesures de soutien au système financier. Elle a en outre perdu plus de 40% face au dollar cette année en raison surtout des craintes que suscite l’influence qu’exerce le président Recep Tayyip Erdogan sur l’économie, de ses appels répétés à une baisse des taux et des tensions qui s’accumulent entre la Turquie et les Etats-Unis.

Avec Reuters

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire