Mohamed Abbou appelle à un soulèvement des urnes contre les lobbyistes. Photo : Réalités.tn

Présidentielle 2019 – Abbou à Kasserine : « L’année 2019 sera celle du soulèvement des urnes contre les lobbyistes »

Le candidat et secrétaire général du Courant démocrate à l’élection présidentielle 2019, Mohamed Abbou, a tenu jeudi soir à Kasserine une réunion durant laquelle il a affirmé son souhait que l’année 2019 soit celle de la prise de conscience et du soulèvement des urnes contre les lobbyistes, les corrompus et les affairistes qui exercent une influence néfaste sur le développement économique et la transparence de la vie politique en Tunisie.

L’ancien secrétaire général du CPR (Congrès pour la République, fondé par Moncef Marzouki) a ajouté que les critères de choix du chef de l’Etat ne devraient pas reposer uniquement sur son programme électoral – celui-ci pouvant être élaboré par des entreprises ou d’autres acteurs -, mais également sur ses performances politiques antérieures. Mohamed Abbou s’est dit engagé à mettre en œuvre une série de mesures dès son élection, comme l’instauration d’accords avec le Premier ministre qui seront présentés devant l’Assemblée des représentants du peuple.

Transparence

« Au cours des trente premiers jours de son entrée en fonction, le gouvernement définira sa politique de défense nationale et de sécurité ainsi que sa politique étrangère et en informera l’ARP », a-t-il précisé.

Mohamed Abbou s’engage également à remédier aux blocages qui ont empêché la création d’une Cour constitutionnelle, une question qui figurera parmi ses priorités, a-t-il assuré. Voulant être le garant d’une « bonne gestion des ressources humaines » au sein de la fonction publique, l’avocat a affirmé que le choix des ministres, des ambassadeurs et des conseillers politiques se ferait uniquement sur la base de leurs compétences, et non de leur appartenance partisane. Selon lui, des pratiques de ce genre ont marqué la vie politique post-révolution, ce qui a, juge-t-il, lourdement « porté atteinte à la diplomatie tunisienne ».

Militant des droits de l’homme

Cet avocat auprès de la Cour de cassation de Tunis est connu pour son militantisme en faveur des droits de l’homme. Fondateur de l’Association internationale de soutien aux prisonniers politiques et membre du Conseil national pour les libertés en Tunisie (CNLT), il a été membre du bureau exécutif du Centre de Tunis pour l’indépendance de la justice et du barreau. M. Abbou a été détenu en prison pendant plus de deux ans à partir du 1er mars 2005 après avoir été condamné pour la publication d’articles sur les conditions de détention en Tunisie, comparant les geôles tunisiennes aux prisons d’Abu Ghraib. « Son procès avait été entaché d’irrégularités, Maître Abbou ayant notamment été torturé lors de sa détention provisoire », affirmait la FIDH en 2007.

Il est élu le 23 octobre 2011 à l’Assemblée constituante de la circonscription de Nabeul, avant d’être nommé en décembre ministre auprès du Premier ministre chargé de la Réforme administrative au sein du gouvernement Hamadi Jebali, poste qui l’amène à démissionner de l’ANC afin de se consacrer à ses fonctions ministérielles.

Le 30 juin 2012, il rend publique sa décision de démissionner du gouvernement, qu’il justifie par le manque de prérogatives de son département, qui rend inefficace la lutte contre la corruption. Il présente également sa démission de son parti le 14 mars 2013 puis annonce, quelques semaines plus tard, la naissance d’une nouvelle formation politique, le Courant démocrate, dont il est le candidat.

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer