Les principales réformes prévues en Tunisie, en Algérie et au Maroc pour...

Les principales réformes prévues en Tunisie, en Algérie et au Maroc pour l’année scolaire 2017-18

0
PARTAGER

En Tunisie, en Algérie et au Maroc, la réforme scolaire se poursuit afin d’améliorer la qualité de l’éducation et préparer les jeunes générations à relever les défis de l’avenir. Ces trois pays, qui misent depuis longtemps sur l’éducation,continuent à adapter leurs systèmes éducatifs respectifs aux changements dans le monde et plus particulièrement au marché de l’emploi.
En Tunisie, l’année scolaire commencera le 15 septembre et se terminera le 30 mai. Le mois de juin sera celui des examens de tous les niveaux. Treize nouvelles écoles et sept nouveaux lycées ouvriront leurs portes pour accueillir le nombre croissant d’élèves en plus de l’augmentation du nombre des bus scolaires.

Cette année, il y aura une alternance de six semaines de cours suivies d’une semaine de repos. Les vacances d’hiver prévues pour décembre se dérouleront sur deux semaines. Afin de répondre aux besoins des familles nombreuses comptant des enfants de niveaux scolaires différents, une harmonisation des dates des vacances entre les différents niveaux du primaire au supérieur a été décidée.
Par ailleurs, un système de contrôle continu sera introduit afin d’alléger les périodes d’examens et permettre aux élèves de préparer au mieux toutes les matières. Cette modification vient répondre à une demande des élèves et de leurs parents qui ont jugé le rythme accéléré des examens de l’année dernière trop soutenu. L’organisation semestrielle générale sera maintenue tandis que la réintroduction de la semaine bloquée réservée aux examens nationaux est toujours sujet à discussion.

Après l’expérience jugée réussie l’année dernière de l’examen national à la fin du deuxième semestre, ce changement sera conservé. Le but est de permettre une évaluation de tous les élèves qu’ils soient inscrits dans les écoles publiques ou privées. Les concours nationaux de la sixième année primaire et de la neuvième année préparatoire ne seront toutefois pas obligatoires. Uniquement les élèves qui visent les lycées pilotes auront à les passer.

Sur le plan des programmes scolaires et des manuels, il n’y aura pas de changement notable. La commission pédagogique devrait cependant se réunir et discuter des propositions de changements pour les années scolaires à venir.
En Algérie, d’après Jeune Afrique, la rentrée aura lieu le 6 septembre pour plus de 9 millions d’élèves. « Tous mobilisés pour une école citoyenne et de qualité » sera le slogan de l’année scolaire qui se place sous le signe de » la réforme douce ». Nouria Benghebrit, ministre de l’Education nationale algérienne depuis trois ans, tente d’introduire progressivement des réformes pour ne pas se heurter à l’opposition de certains conservateurs. Introduction de nouveaux manuels pour certains niveaux du cycle primaire et préparatoire, nouveaux guides pour les enseignants et renforcement de l’apprentissage du tamazight (en application de la nouvelle Constitution de 2016) figurent parmi les principaux changements de l’année scolaire 2017-18.

Au Maroc, la rentrée aura lieu le 7 septembre, plus tôt que d’habitude afin de « garantir le début des cours dès le premier jour et permettre aux élèves d’assister à l’ensemble des cours programmés au titre de cette année scolaire « .
Des mesures ont été prises pour réduire le nombre d’élèves par classe à 40 au maximum, notamment pour garantir une meilleure interaction élèves-enseignant. Parmi ces mesures, notons le recrutement massif de 24 000 enseignants et de 8 000 cadres administratifs depuis juin dernier. Enfin, pour les élèves en difficulté, des cours de soutien gratuits seront programmés, pour la première fois, dans un esprit de lutte contre le décrochage scolaire.

N.B

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire