Prison à vie
Photo prise le 19 mars 2015 devant le musée du Bardo à Tunis, au lendemain d'un attentat contre des touristes afp.com/Fadel SENNA /lexpress.fr

Prison à vie pour sept jihadistes responsables des attentats contre des touristes en Tunisie

«La justice tunisienne a condamné samedi à la prison à vie sept jihadistes reconnus coupables d’implication dans des attentats qui ont tué en 2015 en Tunisie 60 personnes, en majorité des touristes étrangers, a annoncé le parquet » a indiqué un communiqué de l’agence France-Presse paru le 9 février 2019.

Le porte-parole du parquet, Sofiène Sliti a indiqué que d’autres Tunisiens ont été condamnés à des peines allant de six mois à 16 ans de prison, et 27 ont été acquittés, a indiqué le porte-parole du parquet Sofiène Sliti.

Au total, 51 Tunisiens sont jugés dans les deux procès des attentats au musée du Bardo à Tunis le 18 mars 2015 (21 touristes et un agent de sécurité tunisien tués) et dans une station balnéaire de Sousse le 26 juin 2015 (38 touristes tués dont 30 Britanniques).

Parmi les touristes tués au musée figuraient quatre Français, quatre Italiens et deux Espagnols. Les dépositions des accusés lors des audiences ont mis en évidence d’importants liens entre les deux attentats revendiqués par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

Les verdicts ont été rendus après une dizaine d’audiences réparties sur un an et demi devant la cinquième chambre du tribunal de première instance de Tunis. Les accusés dans les deux procès ont été jugés en vertu d’une loi antiterroriste adoptée en 2015.

Dans le procès de l’attaque du Bardo (22 accusés en détention et trois en liberté), trois jihadistes ont été condamnés à la prison à vie pour « homicide volontaire », « participation dans un homicide volontaire » et « agression visant à changer l’aspect civil de l’Etat ».

Des peines de prison d’un an à 16 ans ont aussi été prononcées et une dizaine d’accusés ont été acquittés, toujours selon M. Sliti.

Dans l’affaire de Sousse, quatre prévenus ont été condamnés à la prison à vie. Il s’agit de Ahmed Adhari, Adel Ghandri, Bilel Bejaoui et Said Amri. Cinq autres accusés ont été condamnés à une peine maximale de six ans alors que dix-sept ont bénéficié d’un non-lieu. » Le Parquet a fait appel du verdict  » a ajouté Sofiène Selliti.

Au total, 26 personnes sont jugées dans cette affaire, 18 en détention et huit en liberté.

S.N

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer