PRODUITS

PRODUITS DE BASE ET MATIERES PREMIERES : 2018-2019

Durant l’année 2018, les prix des produits de base et des métaux, ont été le plus souvent en baisse.
L’indice de la FAO des prix des produits alimentaires est établi à partir de la moyenne des indices des prix de cinq catégories de produits. Cettte moyenne est pondérée en fonction de la part à l’exportation de chacune des catégories pour la période 2002-2004.
A la fin du mois de novembre 2018, cet indice a été de 160,8 points,soit son plus bas niveau depuis mai 2016.
Les produits qui ont enregistré les baisses les plus significatives sont : l’huile végétale, les produits laitiers et les céréales.
L’année 2018, est considérée par ailleurs, comme une année difficile pour les métaux, dont les prix ont connu une chute de plus de 17% en trois mois. La baisse a touché notamment : l’Aluminium (-11%), le Cuivre (-18%), le Plomb (-19%), et le Zinc (-29%).

BLE

Source des graphes : futures.tradingcharts.com

En 2018, la production globale de blé a été estimée à 728 MT, soit en baisse de 4,3% par rapport à celle de l’année précédente.La géographie de l’offre mondiale connait des changements significatifs avec une part d de plus en plus importante des blés russes sur le marché mondial en général, et sur le marché méditerranéen en particulier.

MAIS

Les perspectives de production en Argentine et au Brésil ont été réévaluées à la hausse.

Pour ce qui est de la production mondiale, elle pourrait atteindre un niveau record estimé à 1,107 milliard de tonnes, soit une augmentation d’environ 3,3% par rapport à l’année précédente.

HUILE DE SOJA

Depuis le début de l’année en cours, les prix de l’huile de Soja ont baissé de 16% sur la bourse de Chicago.

La baisse concerne l’ensemble du secteur des huiles végétales dont la production a connu des niveaux parfois inégalées, notamment aux USA, au Brésil et en Chine.

SUCRE BRUT

Les prix du sucre ont nettement baissé sur le marché mondial en raison de l’accumulation des stocks chez les grands pays producteurs, notamment : le Brésil, l’Inde, la Thaïlande, et l’Union Européenne.

Le Brésil a orienté une partie de sa production vers l’éthanol (utilisé comme

carburant), et ce afin de réduire ses excédents, de près de 5 millions de tonnes.

A court terme, il n’y a pas de perspectives de reprise des prix à l’exportation.

 

CAFE VERT

Après une hausse importante des prix en 2017 (2274 $/tonne en janvier 2017 pour du café Robusta), les prix sont descendus à 1500 $ la tonne en septembre.

La production mondiale pour l’année en cours est estimée à 160 millions de sacs de 60 kg.

CACAO EN FEVES

La récolte en Cote d’Ivoire pourrait enregistrer un nouveau record, avec une production qui atteindrait 2,2 millions de tonnes. Au Ghana, second producteur mondial, la production est estimée à 900 000 tonnes.

Le potentiel de baisse des prix demeure important.

COTON

Le marché a tendance à se stabiliser à des niveaux plus attractifs pour les industriels, alors que la demande mondiale tarde à reprendre.

Au niveau de la production, le Pakistan, la Chine, les Etats-Unis, et la Turquie, connaîtront une réduction de leurs productions respectives, à des degrés différents.

CUIVRE

L’évolution des cours de ce produit est en relation avec la situation économique mondiale et américaine.

Depuis quelques années, et en raison de la disponibilité de l’offre, les prix semblent se stabiliser au niveau de 7000 $ la tonne.

L’OR

Le record absolu des prix a été atteint en septembre 2011, soit 1779 $ l’once.

La demande demeure forte à partir des pays asiatiques, notamment la Chine et l’Inde.

Le marché a vu l’apparition de petits lingots dont le poids varie entre 1 gr et 500 grs, contre un poids standard de un kilo.

L’ARGENT METAL

En raison de la baisse des prix sur le marché mondial, les principales sociétés minières argentifères ont enregistré de mauvais résultats au cours de l’année 2018.

Tout comme l’or, l’argent demeure une valeur refuge, face à l’injection massive de liquidités par les systèmes bancaires, qui se traduisent par une dévaluation des monnaies.

PETROLE BRENT (LEGER)

Le pétrole demeure dans une spirale baissière, sous le poids d’une offre abondante et une croissance économique mondiale plutôt faible.

Les  incertitudes  au  niveau de  la  croissance américaine alimentent  les craintes quant à la demande d’énergie.

GAZ NATUREL

Evoluant    dans    le   sillage    du   pétrole,   le   gaz    naturel verra probablement ses prix se stabiliser au cours de l’année 2019.

TUNISIE : LES OPPORTUNITES ET RISQUES

LES OPPORTUNITES

L’année 2019, connaitra probablement une quasi stabilisation au niveau des prix, et une disponibilité de l’offre mondiale pour la quasi-totalité des matières de base.

Les coûts en devises seront encore a des niveaux modérés.

LES RISQUES

L’option pour la poursuite de la politique de stabilité des prix à la consommation, se traduira au moment du retournement des tendances, par de fortes augmentations des prix, ou de lourdes pertes qui deviendront bien difficiles à gérer.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer