Projet de loi discriminatoire en Israël : un ambassadeur de l’UE accusé...

Projet de loi discriminatoire en Israël : un ambassadeur de l’UE accusé d’ingérence

0
PARTAGER

Le bureau du Premier ministre israélien a indiqué hier que le chef de la délégation de l’Union européenne en Israël va être convoqué au ministère des Affaires étrangères. Accusés d’ingérence dans le vote d’un projet de loi controversé au Parlement, Emanuele Giaufert et les diplomates européens auraient pointé auprès des députés israéliens le caractère discriminatoire de ce texte contraire à tous les principes de la démocratie.

« Benjamin Netanyahu a donné comme instruction au directeur général du ministère des Affaires étrangères de convoquer l’ambassadeur de l’UE en Israël pour lui exprimer la réprobation d’Israël et son intention de prendre des mesures supplémentaires », a ainsi affirmé le bureau du Premier ministre dans un communiqué.

La polémique est née d’un projet de loi très critiqué en Israël, qualifié de raciste par certains observateurs en ce qu’il entend permettre à des localités d’être exclusivement réservées aux juifs. S’il est adopté, ce texte, présenté par le parti de droite de Benjamin Netanyahu, pourrait permettre à ces localités d’exclure la présence d’Arabes israéliens, les descendants des Palestiniens chassés de leurs terres lors de la création d’Israël. Le texte pourrait même, s’il était adopté, devenir l’une des lois fondamentales qui font office de Constitution en Israël.

Netanyahu souhaite que ce projet de loi, adopté en première lecture en mai, puisse être définitivement voté avant que le Parlement achève sa session d’été en juillet.

Alors que les présidents israéliens interviennent rarement dans le débat politique, le chef de l’Etat, Reuven Rivlin, a lui aussi critiqué ce texte mardi, estimant qu’il « pourrait porter atteinte au peuple juif dans le monde et à Israël ». Le procureur général du pays est également opposé à ce projet législatif.

Sourd à ces critiques, le Premier ministre israélien reproche tout de même aux Européens d’intervenir «dans le vote des lois », d’après le communiqué. « Apparemment, ils n’ont pas compris qu’Israël est un Etat souverain », s’est-il plaint.

Avec AFP

Pas de commentaires

Laisser un Commentaire