Wikipedia

Projets bizertins !

Au risque d’être taxé de  » régionaliste  » , j’aimerais insister sur quelques sujets que je considère de la plus haute importance, parmi lesquels au moins deux que j’ai soulevés précédemment et que je reprends!Ils concernent tous la ville de Bizerte dont on parle ces jours – ci à l’occasion de la célébration du 57ème anniversaire de son évacuation par les forces françaises !
Tout d’abord, où en est arrivé le projet du nouveau pont de Bizerte ?
Les travaux étaient censés avoir officiellement débuté en Décembre 2019 ! Quand j’ai entendu dire que les travaux devaient démarrer en Décembre 2019, j’en ai, bien sûr, déduit logiquement que le financement était prêt ( sinon entièrement , au moins , en majeure partie ! ) et que toutes les conditions nécessaires avaient été remplies ! On avait notamment appris que la Tunisie allait, dans ce projet, pouvoir compter sur un soutien financier appréciable de l’Union Européenne !
Cependant, jusqu’à ce jour ,nous attendons que le premier coup de pioche soit donné !
Je rappelle que le projet de construction du pont de Bizerte était ,à l’origine, antéreur à celui de Radès et qu’il devait coûter beaucoup moins cher que lui ! Aujourd’hui, non seulement la construction du pont de Bizerte n’a pas été entamée mais quand elle le sera, elle coûtera certainement encore plus cher que celui de Radès !
À un certain moment, il a même été question de la construction d’un tunnel sous – marin à Bizerte ! Les japonais avaient bien ficelé le projet mais il avait été abandonné car s’il avait été réalisé, il aurait fallu que la Tunisie assume les frais annuels d’entretien strictement nécessaires et assez coûteux !
Il va sans dire que la concrétisation du nouveau pont de Bizerte aura des répercussions fort positives sur le commerce aussi bien interne qu’international et contribuera à faire fonctionner le port commercial de Bizerte à plein rendement !
Il facilitera en outre le flux de visiteurs de Bizerte par la route. Car, pour l’instant, si jamais l’actuel pont est levé, il faut au moins trois quarts d’heure d’attente ( dans les deux sens ) pour pouvoir enfin traverser le pont ! Et puis, le pont qui est maintenant en service est dans un état pas trop rassurant, étant donné que son entretien se fait rarissime et pas tout à fait dans les normes absolues de sécurité ! Il semble qu’on n’opère que du « rafistolage « de temps à autre, juste pour qu’il ne s’écroule pas !
Puisque nous parlons du port commercial de Bizerte, je souhaiterais poser une question qui me tient vraiment à coeur aux Autorités Compétentes tunisiennes :
Pourquoi notre pays n’a jamais pensé à exploiter à fond le port commercial de Bizerte ? Un port d’une si grande importance par sa situation hautement stratégique en Méditerranée, que la puissance française et De Gaulle n’ont daigné évacuer qu’après une guerre de 4 jours qui a coûté la vie à plusieurs martyrs tunisiens et qui a été utilisé jusqu’en
1963 à la fois comme un port de guerre et de commerce!
Mes défunts parents m’avaient même rapporté qu’à un certain temps, les pèlerins tunisiens pour La Mecque s’y rendaient en bateau à partir de Bizerte !
Il ne faut point oublier que le Président du Conseil français Jules Ferry, un des champions de la colonisation française, en visitant Bizerte pour la première fois, s’était alors exclamé :
 » Rien que pour la seule ville de Bizerte, cela vaut bien la peine que la France s’installe en Tunisie !  »
Ce que je voulais tout simplement dire, c’est combien je suis surpris que la France ait accordé autant d’importance à la ville et notamment au port de Bizerte, qu’il ait fallu une guerre meurtrière pour les libérer du joug colonial et qu’après tout cela nous ayons  » l’audace  » de ne pas les exploiter comme il se doit ! Nous osons même aller aménager un nouveau port artificiel à Enfida à des coûts exorbitants !
Plusieurs personnes vont, sans doute, sauter sur l’occasion pour me reprocher mon  » régionalisme  » en faveur de Bizerte ! Il est vrai que je suis bizertin et fier de l’être ( bien que je ne sois pas né à Bizerte ) mais je vous assure ( believe or not ! ) que je ne fais que parler en toute logique ( et si quelqu’un trouvait que je ne suis point logique, je lui serais fort reconnaissant de bien vouloir me le démontrer d’une façon tout aussi logique ) !
En effet, je n’ai aucune objection qu’on aménage d’autres ports en Tunisie, où que ce soit, à Enfida ou ailleurs ! Mais la logique aurait cependant voulu que l’on exploite tout d’abord à fond les ports déjà existants en Tunisie et puis, si ceux – ci ne s’avéraient pas suffisants, d’en créer d’autres qui coûtent, évidemment, fort cher !
Toujours en toute logique, je pense qu’il coûte beaucoup moins cher d’optimiser des ports déjà existants que d’en créer d’autres à partir de zéro ! À part Bizerte, a – t – on exploité au maximum les ports déjà existants de Radès, de Sousse, de Gabès, de Sfax et de Jerba – Zarzis ?

L’autre sujet est que le gouvernorat de Bizerte, jusqu’ici, ne dispose pas du gaz de ville ! Quand je révèle cela à des amis qui habitent d’autres villes tunisiennes, ils tombent des nues et s’étonnent fort que Bizerte n’ait pas encore l’occasion de profiter du gaz de ville alors qu’elle héberge la Société Tunisienne d’Industrie du Raffinage ( STIR ) ! Je saisis donc cette occasion pour en demander la raison aux Autorités Compétentes tunisiennes !
En effet, à Bizerte, nous dépendons encore et toujours des bouteilles de gaz ! Malheur à nous s’il y a pénurie de bouteilles de gaz ou si les transporteurs de ces bouteilles se mettent en grève alors que nous n’avons pas au moins une bouteille de gaz pleine en réserve !
Et puis, nous ne pouvons acheter une bouteille de gaz que si nous avons une bouteille vide à donner en échange ! Et les bouteilles vides, c’est la croix et la bannière de pouvoir se les procurer ! Et à quel prix ! On peut même dire qu’il  » existe  » un trafic bien florissant de la bouteille de gaz vide !
J’espère que cet appel ne tombera point dans l’oreille d’un sourd et que le gouvernorat de Bizerte bénéficiera bientôt du gaz de ville ! Pourtant, il était censé être prêt à l’utilisation depuis 2017 ! Cela fait déjà trois ans de retard sans que rien n’ait été fait !

– MOHAMED MEDDAH –
( ancien diplomate )

 

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer