Agribusiness Global
Agribusiness Global/agribusinessglobal.com

La protection des cultures agricoles en plein essor en Afrique du Nord, selon Agribusiness Global

L’augmentation de la population, la taille restreinte des terres et la recherche de la sécurité alimentaire par l’Egypte, la Tunisie et le Maroc ont poussé ces trois pays d’Afrique du Nord à adopter des pratiques de production agricole « intensives » incluant une « utilisation judicieuse de produits phytopharmaceutiques de qualité » dans leurs cadres réglementaires nationaux respectifs, analyse le magazine Agribusiness Global.

Bien que les trois pays appartiennent à la région du Maghreb, où certaines espaces se caractérisent par une pluviométrie annuelle moyenne de 100 mm et de vastes étendues de terres sèches faisant partie du désert du Sahara, une combinaison d’irrigation et de technologie de production agricole moderne leur a permis d’étendre les superficies cultivées avec des cultures telles que le soja, le blé, les légumes, divers fruits, le coton, le sucre et le maïs, et qui nécessitent l’utilisation de pesticides pour prévenir les maladies et éviter les dommages pendant les périodes de production, souligne le magazine.

La Tunisie : un marché actif

A propos de la Tunisie, le magazine estime qu’il s’agit d’un pays qui présente un marché actif de produits agrochimiques en Afrique du Nord, doté d’un cadre réglementaire pour les pesticides agricoles vieux de 57 ans. Toutefois, les régulateurs ont fait l’objet d’examens et de modifications visant à s’aligner sur les dernières tendances du marché des produits agrochimiques. Des modifications majeures ont été ainsi annoncées en 1992 et 1999, lors de l’approbation et de la promulgation de la loi sur la gestion des pesticides, rappelle Agribusiness Global.

L’agriculture joue un rôle majeur en Tunisie, avec au moins 16 % de la population active du pays travaillant dans l’agriculture et la production de cultures annuelles contribuant en moyenne à 12 % à l’économie du pays chaque année.

« Bien que la Tunisie soit un importateur net de produits alimentaires clés tels que le blé, le soja, le maïs, les légumes, le sucre et l’orge, elle est connue pour sa production et son exportation d’huile d’olive, de dattes et d’agrumes. Le pays, avec une population estimée à 11,4 millions d’habitants, est également un exportateur de phosphates, utilisés dans la fabrication d’engrais », poursuit le média.

https://twitter.com/AFRICA24TV/status/1069962027899252736

L’enregistrement d’un nouveau pesticide agricole en Tunisie prend 24 mois, y compris les 12 mois réservés aux essais du produit, avant que sa mise sur le marché ne soit approuvée. L’agrément et les essais sont effectués par le laboratoire central du ministère de l’Agriculture. Le laboratoire est également chargé d’analyser le maximum de résidus de pesticides sur les produits alimentaires destinés aux marchés nationaux et internationaux.

La Tunisie, importatrice nette de produits agrochimiques, exige que tous les importateurs de produits phytopharmaceutiques et nutritionnels soient enregistrés par le gouvernement après s’être conformés aux critères énoncés dans le cahier des charges publié en vertu de l’arrêté de 2003 du ministère de l’Agriculture.

Malgré le respect des directives, le gouvernement tunisien insiste sur le fait qu’il doit contrôler les pesticides pour tous les produits agrochimiques importés en vertu du décret du pays de 1994 incluant, entre autres exigences, l’étiquetage obligatoire des produits en français ou en arabe.

Ainsi, « en dépit des nombreux défis auxquels le marché de la protection des cultures est confronté en Afrique du Nord, les performances de marchés particuliers tels que ceux de l’Egypte, de la Tunisie et du Maroc ont démontré le potentiel existant de fabrication de produits agrochimiques de haute qualité et d’un marché en expansion pour les produits d’élevage nécessitant des intrants agricoles, des rendements plus élevés et une résistance contre les parasites et les maladies », conclut le magazine.

N.B.

A voir aussi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

A ne pas manquer